Une équipe de scientifiques vient de réussir à effectuer la première impression 3D de peau. Cela a été rendu possible grâce à une imprimante de leur conception.

Une équipe de scientifique du Wake Forest Institute for Regenerative Medecine (WFIRM) vient de réussir une première dans le domaine de la médecine. Cette équipe vient en effet de concevoir la première bio-imprimante 3D. Cet appareil est capable d’imprimer et de greffer de la peau directement sur une plaie.

De plus, ils ont également conçu leur propre encre biologique à partir de substrat d’hydrogel et de cellules de peau. Cet appareil  est une bonne solution pour effectuer une opération de manière extrêmement mobile. Mais avant toute opération, il leur est toutefois nécessaire de repérer la zone d’application via un scanner 3D.

Comme l’indique Sean Murphy, professeur assistant au WFIRM : “L’aspect unique de cette technologie est la mobilité du système et la capacité de gérer sur place les plaies étendues en les scannant et en les mesurant. Cela afin de déposer les cellules directement là où elles sont nécessaires pour créer la peau”.

Toutefois, les tests n’ont été effectués que sur des mannequins. Il reste donc à cette équipe de chercheur à franchir une dernière étape, celle du test clinique sur l’homme. Puis de s’assurer que les tissus créés ne soient pas rejetés par le patient.

Malgré ce challenge qui reste à relever, Anthony Atala, le directeur du WFIRM reste optimiste quant à l’avenir de cette technologie.

Cette technologie pourrait éliminer le besoin de greffes cutanées douloureuses qui causent une défiguration supplémentaire aux patients souffrant de plaies ou de brûlures importantes. Une bio-imprimante mobile capable de traiter sur place les plaies étendues pourrait aider à accélérer la prestation des soins et réduire les coûts pour les patients.