Le fabricant semble irrité par le long et complexe processus de mise à jour des smartphones verrouillés et contrôlés par les opérateurs, notamment aux Etats-Unis.

htc-one-kitkat
L’infographie a le mérite d’être claire

La page des évolutions logicielles des appareils chez HTC est relativement explicite. Si KitKat a déjà été fourni pour les One débloqués ainsi que sur les éditions Google et Developer, la progression du déploiement pour les modèles traités par AT&T, Sprint, T-Mobile et Verizon est actuellement arrêtée sur l’intégration des paramètres spécifiques et des applications particulières aux réseaux américains. Or, la très vaste majorité des smartphones vendus de l’autre côté de l’Atlantique est écoulée par ce canal.

Les clients sont invités à comprendre que si la mise à jour vers KitKat tarde, HTC n’est pas responsable du délai. Une longue et détaillée infographie permet de saisir les différentes étapes requises par une évolution majeure de la plateforme. On peut y apprendre que la firme participe effectivement au programme PDK permettant d’obtenir plus rapidement les détails des prochaines versions du système.

HTC souligne également le travail impératif des fournisseurs de puces dont les pilotes doivent être adaptés.

Une courte liste confirme l’arrêt du support des One S, One X et One X+ tandis que les One Mini et One Max sont actuellement hébergés sous Jelly Bean 4.3.

On en parle sur le forum