La théorie, particulièrement saugrenue, d’un abandon du développement de la plateforme mobile de Google commence à se propager. La sécurité en serait la cause.

notebook
Android va-t-il disparaître ?

Fin avril, Rob Enderle, analyste dans le groupe du même nom, publiait dans TechNewsWorld un article d’anticipation dont le principal socle est la mort d’Android. Elle se justifierait par de nombreuses plaintes sur la sécurité du système et, notamment, une catastrophe (un deuxième 11 septembre) provoquée par de trop nombreuses failles. ZDnet France ajoute une couche en soulignant les nombreux projets laissés sur le côté par Google. Cependant, le magazine revient rapidement à la réalité et contrecarre quelque peu cette théorie alarmiste.

Certes, les éditeurs d’antivirus tentent inlassablement de démontrer le caractère faillible d’Android tout en écoulant leurs applications payantes sur le même système. Certes, il n’y a pas que Google au sein de l’Open Handset Alliance, le consortium qui publie officiellement la plateforme. Son départ pourrait être envisagé dans un cas parfaitement extrême et très peu crédible. Certes, d’autres acteurs majeurs piaffent d’impatience pour enfin figurer dans la constellation de systèmes d’exploitations mobiles comme Firefox OS, Windows Phone ou BlackBerry.

Mais, en réalité, le socle de l’argumentaire de Rob Enderle s’écroule lorsque Microsoft est justement évoqué dans cette théorie. En effet, les autres plateformes telles que Windows, qui équipe toujours approximativement 90% du parc d’ordinateurs, peuvent également être l’objet d’intérêt de la part de nouveaux terroristes. Et tout comme c’est le cas pour Microsoft, la fragmentation Android pourrait poser un problème majeur. Toutefois, le sens pris dans le développement de la plateforme permet des mises à jour rapides de certains éléments du système sans passer par une évolution complète.

Envisager la mort d’Android signifierait également un retrait conséquent de Google dans le secteur technologique mobile. Le seul segment qui reste un vecteur indéniable de croissance.

On en parle sur le forum