Hier soir, Facebook dévoilait son “moteur de recherche”, Graph Search, un nouvel outil pour les utilisateurs, permettant d’obtenir des résultats de recherche beaucoup plus précis sur le réseau social. Le traitement de l’actualité par les médias généralistes n’a pas facilité la compréhension de cette nouvelle fonction par les internautes. Non, Facebook n’est pas sur le point de renverser Google…

© DR

Pas un concurrent de Google Search

“Moteur de recherche”, un terme bien souvent très mal utilisé par la presse généraliste, qui tend à le recycler à toutes les sauces. Le nouveau Graph Search introduit hier par Facebook n’a pas grand chose à voir avec un moteur de recherche. En réalité, il s’agit davantage de fonctions de recherche avancées, qui permettent d’obtenir des résultats plus précis sur base de certains critères tels que la profession, les centres d’intérêt, l’âge, le sexe, la ville, la profession ou encore le statut des membres du réseau social.

Pas question ici de venir concurrencer Google Search ou Bing donc. D’ailleurs, le Graph Search de Facebook utilise lui-même Bing.

Croisement de données

L’idée derrière le Graph Search est simple : croiser les données des utilisateurs pour proposer un système de recherche interne plus performant. En lieu et place de recherches simples, basées sur le nom de vos amis, de pages Facebook ou de célébrités, le réseau social met en place un système de recherche qui permet d’obtenir des résultats beaucoup plus précis. Par exemple, il est désormais possible de retrouver les photos de ses amis antérieures à 1997, de consulter la liste de vos amis qui aiment skier, ou de retrouver ceux qui ont déjà visité un parc national. L’idée est simple : permettre aux membres du site de mettre plus facilement la main sur une connaissance qui partage une passion commune avec eux.

Pour définir les résultats, le Graph Search se base sur les informations générales fournies par l’utilisateur sur son profil, les photos, identifications, localisations, check-ins et mentions j’aime. Le système prend également en compte vos affinités avec les autres utilisateurs et le nombre de likes que certains postes / photos ont suscités.

Intéressant. Sauf qu’il faut encore que les photos soient toutes taguées, à la fois pour ce qui est de l’identité des personnes figurant dessus, mais aussi pour les lieux où elles ont été prises. En d’autres termes, si le Graph Search reste une bonne idée, les résultats risquent d’être fortement influencés par l’implication des utilisateurs. Ceux qui ne taguent jamais leurs photos, n’ont ajouté pratiquement aucune information sur leur profil et n’aiment pratiquement aucune page ne fournissent pas de matière à exploiter.

L’ancrage de Graph Search dans Facebook est tel qu’il ne permet d’obtenir des résultats intéressants que dans votre sphère sociale. N’espérez pas trouver le meilleur restaurant de Gand si vous habitez Bruxelles. Il est en effet fort peu probable qu’un de vos amis ait indiqué aimer un restaurant situé à Gand sur sa page de profil. D’ailleurs, notez que pour que le système fonctionne efficacement, il faudrait que les utilisateurs “aiment” à tour de bras des centaines de pages Facebook. En d’autres termes, à moins d’habiter en plein coeur de Londres ou à New-York, et d’avoir une vie sociale hyper-active, il est fort probable que les résultats soient très limités.

Un outil pour les marques

Au final, difficile de voir un réel intérêt à ce Graph Search, en tout cas en ce qui concerne les utilisateurs belges. En réalité, le nouveau système de recherche s’adresse davantage aux partenaires commerciaux de Facebook, qui pourront croiser les données à l’infini pour obtenir des résultats sur mesure leur permettant de cibler un maximum leur publicité. Un véritable régal pour les annonceurs qui mettront cet outil à profit pour lancer de vastes campagnes publicitaires sur le réseau social et en dehors. Concrètement, Microsoft pourra par exemple cibler les utilisateurs aimant la page Windows et habitant Bruxelles pour leur proposer une publicité Windows 8 ciblée.

Comme Mark Zuckerberg l’a confirmé cependant, Graph Search n’enfreindra pas les paramètres de confidentialité de l’utilisateur. Si celui-ci a réglé son compte pour que ses données personnelles ne soient révélées qu’aux amis, les marques ne pourront tirer parti de celles-ci.

Les marques, elles, devront compléter un maximum leur profil pour être certaines d’apparaître dans les résultats de recherche.

Soulevant encore de nombreuses questions, le Graph Search de Facebook semble davantage se rapprocher d’un outil pour les marketeux qu’un moteur de recherche complet pour les utilisateurs. Comme Facebook l’a déjà précisé, le réseau social devra implanter de nombreuses fonctionnalités avant qu’il ne soit parfaitement fonctionnel.

On en parle sur le forum.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour cet article fort intéressant. Facebook ajoute donc un peu de “search” à son côté social déjà développé… alors que Google fait l’inverse en ajoutant du social à son “search”, marrant 😉

Comments are closed.