La Ville de Bruxelles se lance dans « l’open data »

Le principe est simple : rendre des données numériques accessibles et utilisables par tous. Ces données sont variées ; d’un registre de prénoms à la localisation de places de parkings. Ces informations sont téléchargeables gratuitement et librement depuis le site de la Ville.

« Cela s’adresse avant tout à un public averti, des développeurs d’applications pour smartphones par exemple » explique Emmanuel Angeli, collaborateur de l’échevine de l’informatique. « À partir de ces données, ils vont créer des outils utiles à tout le monde. C’est une démarche moderne qui est utilisée par de plus en plus de sociétés. »

Pour le moment, il s’agit de données cartographiques comme l’emplacement des distributeurs bancaires, des places de parking pour personnes handicapées… mais la Ville n’exclut pas de les diversifier. «Les départements et services de la Ville seront sensibilisés afin que davantage de données puissent être mises à disposition. On va les intégrer petit à petit. » poursuit Emmanuel Angeli. Toutes ces informations étaient déjà disponibles sous forme de cartes. « Désormais, les formats sont plus facilement utilisables par un développeur. On lui fait gagner du temps en quelque sorte. »

On en parle sur le forum.

Blanche De Keyser (st.)