Crédits : Hardt Hyperloop

Un hyperloop pourrait être déployé en Europe en 2030

La construction d’un hyperloop néerlandais pourrait commencer cet été.

L’entreprise néerlandaise Hardt est l’un des nombreux candidats qui tentent de développer le train supersonique et à sustentation magnétique imaginé par Elon Musk. La société vient d’annoncer qu’un hyperloop commercial pourrait être déployé en Europe en 2030.

Tout commence en 2013, lorsque Elon Musk émet l’idée d’un train à sustentation magnétique. Celui-ci devrait se déplacer dans un tube sous vide pour atteindre des vitesses élevées, et ce, tout en consommant relativement peu d’énergie.

Le contexte ? D’après le Forum économique mondial, la demande de transport de passagers et de marchandises devrait tripler d’ici 2050. Et ce, en raison de l’urbanisation mondiale, de la croissance économique et de la croissance démographique. C’est ainsi que ces dernières années, l’entreprise Hardt s’est attelée à collaborer dans l’élaboration d’une norme mondiale pour les hyperloops. En juin dernier, elle a emménagé dans un nouveau siège à Rotterdam et se prépare activement à l’installation d’une connexion hyperloop commerciale. Selon Mars Geuze, le cofondateur de l’entreprise néerlandaise Hardt, un hyperloop commercial pourrait être déployé en Europe en 2030, rapport Data News.

“Un réseau hyperloop de 10.000 kilomètres traversant les frontières nationales : nous réalisons un monde où la distance n’a pas d’importance et où les opportunités sont ouvertes à tous” peut-on lire sur le site du constructeur.

Deux aimants

Hardt Hyperloop est à l’origine du premier centre d’essai européen d’hyperloop. La société a développé cette première installation d’essai en 2019 avec ses partenaires. Il comporte des installations de systèmes hyperloop “de base entièrement fonctionnelles”, telles que la lévitation, la propulsion, le changement de voie et l’environnement sous vide.

L’aiguillage hyperloop permet au véhicule de passer d’une voie à l’autre, créant ainsi un réseau de tubes reliant toutes les villes européennes. Le système utilise deux types d’aimants. Des éléments permanents, dotés d’un champ magnétique, et des électro-aimants. En bref, les aimants permanents ont une attraction magnétique suffisante et se stabilisent grâce à des électro-aimants. Ainsi, “le système de suspension ne consomme pratiquement aucune énergie” explique Hardt.

Autre avantage, la combinaison des deux types d’aimants permet à la technologie de soulever plus que le poids d’une voiture. Et ce, en utilisant seulement la quantité d’énergie nécessaire pour allumer une ampoule.

Un train supersonic

Le véhicule avance en utilisant uniquement l’énergie électrique au moyen d’un moteur électrique linéaire, similaire à celui d’une voiture électrique. La suspension électromagnétique, permet aux véhicules de se propulser vers l’avant, “comme s’ils surfaient sur une vague magnétique” compare l’entreprise.

Une fois que l’hyperloop atteint sa vitesse de croisière, il ne lui faut qu’une fraction de l’énergie nécessaire pour maintenir cette vitesse. Et lorsqu’il s’approche d’une station et commence à freiner, il utilise le même système pour restaurer une quantité importante d’énergie. Elle pourra ensuite être utilisée pour propulser le véhicule suivant ou être stockée dans une batterie.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.