Ce nouveau potentiel carburant se présente sous la forme d’une pâte.

Les chercheurs de l’Institut Fraunhofer allemand, spécialisé dans la technologie de fabrication et la recherche appliquée sur les matériaux, viennent de mettre au point un nouveau type de carburant prometteur ; le Powerpaste. Ce dernier pourrait un jour alimenter les véhicules à deux roues, mais également les voitures.

Ce nouveau type de carburant se présente sous la forme d’une pâte et renferme une quantité importante d’hydrogène. Cet élément chimique est vu par beaucoup de chercheurs comme une solution pour remplacer les véhicules polluants. Malheureusement, le recours à l’hydrogène comme source potentielle de carburant “vert” pour les véhicules électriques n’est pas encore optimal. Son transport n’est pas des plus simple et son adoption par les petits et moyens véhicules demanderait le développement d’un réseau coûteux de station-service. C’est là que le Powerpaste qu’intervient.

Cette pâte est composée d’un mélange de poudre de magnésium et d’hydrogène auquel on ajoute un ester – un autre composé chimique formé à partir d’un alcool et d’un acide – et un sel métallique. Elle est ensuite emprisonnée dans des cartouches. Sous la pression d’un piston, le Powerpaste se libère dans un circuit et rentre en contact avec de l’eau ce qui provoque la libération d’hydrogène gazeux, source d’énergie.

Les avantages de cette pâte sont nombreux. Elle dispose en effet d’une densité de stockage d’énergie dix fois supérieure aux batteries actuelles et autres piles à hydrogène. Les cartouches à Powerpaste pourraient donc être une solution idéale pour les petits et moyens véhicules. Sous cette forme, faire le plein serait plus simple puisqu’il suffirait de changer les cartouches. Elles pourraient d’ailleurs être facilement stockées dans le véhicule ou vendues dans des stations-service.

Selon les chercheurs de l’IFAM, grâce à son importante densité de stockage d’énergie, la Powerpaste pourrait très bien être utilisée pour alimenter des voitures électriques. Elle permettrait d’ailleurs de prolonger l’autonomie de leur batterie.

Il faudra cependant se montrer patient. Ce n’est pas parce que des chercheurs sont parvenus à mettre au point un système de carburant sous la forme de cartouches qu’on peut s’attendre à voir des véhicules intégrant ce système rouler de si tôt sur les routes. Il faudra en effet attendre plusieurs années avant que ce concept développé en laboratoire se retrouve sur des véhicules lambdas. Et même si les chercheurs à l’origine de la pâte sont optimistes, les premiers tests en conditions réelles pourraient anéantir leur espoir. Le concept n’en reste pas moins intéressant et prometteur.