wifi

La Ville de Bruxelles lance une offensive numérique.

De l’ancestral pavé à son cousin, plus actuel et numérique celui-là, il n’y a donc qu’un pas. Celui que vient de franchir la Ville de Bruxelles en déployant un réseau Wi-Fi accessible gratuitement sur la Grand-Place. Et, test à l’appui, le tout fonctionne depuis ce lundi après-midi, jour de la présentation du dispositif par le bourgmestre Yvan Mayeur (PS) et son échevin de l’Informatique, Mohamed Ouriaghli (PS). Une fois sur le réseau BRU-WiFi, il suffit de vous rendre sur internet, d’accepter les conditions et c’est parti pour le surf gratuit durant deux heures. Aucun nom d’utilisateur ni mot de passe ne sont requis. «C’est un grand jour pour la Ville, se réjouit Mohamed Ouriaghli. Lancer le Wi-Fi sur la Grand-Place s’inscrit dans notre objectif, à terme, de faire de Bruxelles une smartcity comme il en existe au Luxembourg, par exemple, qui compte de nombreuses villes à la pointe».

Cinq antennes

D’autant que ce premier pas ouvre la porte à d’autres annonces du même tonneau. «La Grand-Place est un lieu phare qui attire de nombreux touristes, il était donc important d’y lancer ce projet mais les habitants ne sont pas oubliés puisque d’autres places, plus populaires, vont suivre dans les mois à venir». Cinq rendez-vous sont déjà pris, dès juillet, pour De Brouckère et la place de la Monnaie. Suivront dès le mois d’octobre prochain, le Jeu de Balle, Rouppe et la place Emile Bockstael, à Laeken. L’équipement d’un sixième lieu emblématique, la place Sainte-Catherine, est, lui, à l’étude.

Pour permettre le déploiement du réseau sur la Grand-Place, cinq antennes ont été installées sur les façades. «En concertation avec les monuments et sites, précise-t-on. Elles ont été prévues dans le cadre du plan lumière, nous n’avons donc dû forer aucun trou».

Mille utilisateurs simultanément

Quant à la capacité de BRU-WiFi: «le réseau peut supporter au moins mille utilisateurs en même temps», soutient l’échevin. Beaucoup d’endroits au monde proposent depuis longtemps un accès libre au réseau internet, indique, pour sa part Yvan Mayeur. «Il est donc temps que la Ville se développe également dans cette perspective. La 3G et la 4G sont disponibles, c’est vrai, mais il faut passer par les opérateurs et c’est payant. Notre démarche est donc également démocratique». Comme son échevin, le bourgmestre voit aussi plus loin. «Plus globalement, nous travaillons sur une ville plus up to date sur le plan du digital en permettant, par exemple, aux citoyens de pouvoir commander tous ses documents administratifs par internet. De manière générale, Bruxelles est un peu en retard à ce sujet, il est donc important d’avancer», souligne le bourgmestre.

A terme, l’interface d’accueil du Wi-Fi devrait aussi permettre aux utilisateurs de s’informer sur les activités et événements prévus dans les environs et de découvrir les applications lancées par la Ville. Au total, 201.000 euros seront investis dans les différents aménagements dont 60.000 pour les coûts récurrents.

Patrice Leprince

Où trouver du Wi-Fi gratuitement (carte interactive)

Carte Open Data Bruxelles