Test – A Juggler’s Tale : l’aventure fantastique

Première production du petit studio allemand kaleidoscube, A Juggler’s Tale est un jeu d’aventure en 2.5D qui dégage un charme fou avec sa superbe direction artistique. Une œuvre intemporelle que les amateurs de productions indépendantes se doivent de découvrir…

Sorti en catimini parmi un déluge de nouveautés en ce mois de septembre 2021, A Juggler’s Tale risque malheureusement de passer relativement inaperçu parmi le très joli line-up de sorties ce mois-ci. Les amateurs de productions indés feraient toutefois une grosse erreur de passer à côté de ce petit bijou, qui est également la première production du studio allemand kaleidoscube.

Les panoramas sont à couper le souffle.

Car même s’il a des défauts, A Juggler’s Tale est un jeu pour le moins atypique. Tout d’abord, parce que le projet a été conçu initialement par quatre étudiants, qui ont décroché deux prix internationaux avec leur démo, avant de recruter artistes, concepteurs son et  animateurs pour finaliser leur projet.

Ensuite, parce qu’A Juggler’s Tale se distingue des autres jeux d’aventure / plates-formes en 2D par son univers, inspiré des théâtres de marionnettes allemands du Moyen-Age. Le jeu nous est présenté d’ailleurs comme une pièce de théâtre découpée en plusieurs actes, avec un narrateur qui nous raconte l’histoire du personnage principal, une jeune marionnette du nom d’Abby, exploitée par un cirque local, et qui décide du jour au lendemain, de s’enfuir.

Quelques passages permettent d’admirer les paysages, sans se presser.

Le gameplay tout entier repose sur ces fameux fils de ficelle qui relient la marionnette à une main invisible. Les fils seront d’ailleurs souvent utilisés à travers de multiples puzzles à résoudre dans l’aventure, car ceux-ci peuvent bloquer votre personnage si un obstacle est sur la route. S’il est avant tout un jeu narratif qui soigne sa présentation, le titre parvient à mélanger brillamment les genres. Le jeu se joue comme un platformer / jeu d’aventure en 2.5D, avec quelques brefs combats / énigmes à résoudre.

Globalement, c’est d’ailleurs au niveau de son gameplay qui le titre convainc le moins, avec une prise en main un peu trop approximative, des séquences de jeu trop courtes et une sensation de “pas assez” qui nous suivra tout au cours de l’aventure. Les chapitres du jeu sont très courts et on a à peine le temps de s’habituer à une nouvelle mécanique qu’on passe déjà à autre chose. Certes, on ne s’ennuie pas une minute dans le jeu, mais on n’aurait clairement pas été contre des passages un peu plus longs. On notera d’ailleurs que terminer le jeu en ligne droite ne vous prendra pas plus de 2 petites heures, ce qui est quand même très léger, mais pour un jeu vendu sous la barre des 20 euros.

Certains environnements sont plus lugubres.

Ceux qui l’ont déjà parcouru vous le diront toutefois : A Juggler’s Tale n’est pas vraiment un jeu à caractère ludique mais davantage une expérience qui se vit à travers quelques séquences de gameplay. Visuellement splendide, A Juggler’s Tale brille surtout par son univers sombre, mais plein de charme. Les superbes panoramas traversés n’y sont pas pour rien. La bande son, très soignée, couplée aux paroles du narrateur, nous immergent également brillamment dans cet univers fantaisiste plein de charme mais pourtant ô combien morbide.. Clairement, le jeu n’est d’ailleurs pas destiné à une audience jeune.

Captivant de bout en bout, malgré ses petites imperfections, A Juggler’s Tale est un titre qui se déguste d’une seule traite, dans une atmosphère calfeutrée, un régal que les amateurs de jeux indés ne se refuseront pas compte tenu de ses immenses qualités. Car si le jeu est court, chacune de ses séquences parvient à marquer le joueur – sauf peut-être le combat final, qui nous a paru atrocement bancal.

Les mécanismes de jeu restent très simples, mais suffisamment variés pour garder l’attention du joueur.

S’il sera sans doute difficile pour lui de sortir du lot parmi le raz de marée de jeux qui débarquent en cette fin d’année, A Juggler’s Tale ne devrait avoir aucun mal à trouver son public. A l’image d’un Inside, d’un Limbo ou d’un Little Nightmares, A Juggler’s Tale est un jeu qui parvient à marquer les esprits par sa créativité, son univers et sa narration. Une petite pépite à côté de laquelle il serait dommage de passer.

Conclusion

Imaginé par quatre étudiants allemands, tout juste sortis de leurs études, A Juggler’s Tale est un fantastique conte macabre qui mélange brillamment plusieurs styles de jeu, en alternant entre des séquences de plates-formes, des puzzles et des combats. Un jeu dans la lignée d’un Little Nightmares ou d’un Limbo, qui brille tant par son univers que par sa narration. L’histoire nous place dans la peau d’Abby, une petite marionnette qui s’échappe d’un cirque pour se retrouver au milieu d’un conte macabre. Intelligent dans sa construction, le jeu n’en reste pas moins assez court et souffre d’un gameplay minimaliste. De surcroit, les es séquences de jeu sont courtes. On vient tout juste de découvrir un nouveau mécanisme de jeu qu’on passe déjà au suivant…  On n’a toutefois pas vraiment le temps de s’ennuyer entre deux actes, grâce au rythme parfaitement maîtrisé du jeu. Esthétiquement sublime et captivant à suivre du début à la fin, A Juggler’s Tale parvient à marquer les esprits avec ses superbes panoramas et son univers soigné. Incontestablement, l’une des très bonnes surprises de cette fin d’année. 

A Juggler's Tale

Gameplay 6.5/10
Contenu 6.0/10
Graphismes 8.5/10
Bande son 8.5/10
Finition 8.0/10
7.5

On aime :

Une véritable réussite d'un point de vue artistique

Une histoire très bien menée

La narration, aux petits oignons

Une bande son efficace

Une jolie diversité dans les décors

On aime moins :

Le boss de fin, très décevant

Le jeu se boucle en 2 heures top chrono

Un gameplay qui manque un peu de profondeur...

Quelques approximations dans la prise en main