Fabricius sera ainsi la toute première application open source capable de traduire les hiéroglyphes.

Depuis toujours, la compréhension entre les êtres humains est un élément primordial dans la socialisation. Les hommes communiquent et ont toujours ressenti ce besoin de se sentir compris par leur interlocuteur. Si les langues modernes sont facilement traduisibles grâce aux outils de traduction instantanée sur smartphones, il en est tout autre en ce qui concerne les langues mortes depuis des milliers d’années.

Pour communiquer par écrit, les Egyptiens antiques n’utilisaient pas leur langue verbale, mais l’écriture hiéroglyphique. Avec des symboles bien connus tels que le roseau ou la chouette, il était jusqu’à présent difficile pour une machine de traduire instantanément cette écriture. Grâce à Google, la vie des archéologues et historiens devrait s’en voir grandement facilitée. Après avoir popularisé chez des millions – voire des milliards – d’utilisateurs Google Translate, le géant de l’informatique lance Fabricius.

En se basant sur le machine learning, Fabricius serait ainsi capable de déchiffrer l’ancienne langue égyptienne. Selon Google, “jusqu’à aujourd’hui, les experts avaient à fouiller dans des tonnes de livres pour traduire et déchiffrer cette langue ancienne […] . Fabricius inclut le tout premier outil digital qui décrypte les hiéroglyphes égyptiens tout en se basant sur le machine learning. Il est d’ailleurs disponible en open source pour soutenir de futurs développements d’apps sur l’étude des langues anciennes.”

L’application sera également destinée au grand public avec de nombreux modes. Il sera ainsi possible d’utiliser un mode d’Apprentissage, dans lequel l’utilisateur aura droit à une brève introduction aux hiéroglyphes et à leur signification. Un mode Jeu sera également disponible. Il permettra de créer son propre message “codé” et de le partager à ses amis. Néanmoins, le site est jusqu’à présent uniquement disponible en anglais ou arabe. L’outil devrait néanmoins bientôt être disponible sur smartphones.