Sorti de nulle part, Nippon Marathon est un party-game qui s’inspire des shows télévisés nippons les plus décalés pour proposer une expérience d’un nouveau genre…

Repéré par Pqube, le jeu est sorti en catimini en fin d’année 2018, sous forme digitale uniquement. Passé sous les radars, il a toutefois généré un très vif enthousiasme des gamers au point d’attirer notre attention.

Dans Nippon Marathon, le joueur incarne le participant d’un gigantesque marathon dans les rues de Tokyo. Il aura le choix parmi une belle brochette de bras cassés, de la femme-licorne au type déguisé en homard. Totalement décalé, le jeu d’Onion Soup Interactive n’hésite pas à jouer la carte du grand n’importe quoi pour séduire.

Dans le fond, le principe n’est pourtant pas si différent d’un Mariokart. Le joueur y affronte trois autres joueurs – ou IA, selon qu’il joue en solo ou en multijoueur – à travers une série de défis qui prennent la forme de courses durant lesquelles il pourra utiliser différents power-ups pour retarder ses adversaires, comme une peau de banane ou une pastèque, qu’il pourra envoyer à la figure de ses adversaires. Le gameplay se limite ici à quelques touches. Une touche pour sauter, une touche pour utiliser le bonus, une autre pour s’accroupir, les directions… est c’est à peu près tout.

La caméra se positionne ici au-dessus du parcours. Comme dans un MicroMachines, le joueur devra tenter de rester à l’écran le plus longtemps possible, en évitant les obstacles qui se profilent sur son parcours et en empruntant un maximum de raccourcis. S’il est très accessible, Nippon Marathon n’en reste pas moins exigeant. Pour remporter la partie, il faudra maîtriser les différents power-ups et avoir de très bons réflexes. Fendard, le titre montre tout son potentiel en multijoueur, à quatre, mais il intègre toutefois également un mode solo.

Dans le mode solo, le joueur découvrira le background des personnages de la série à travers une série de défis étalés sur un total de six marathons. Loin d’être un simple tutoriel, le mode solo du jeu se révèle efficace et permettra surtout au joueur de récolter des crédits pour débloquer divers contenus.

Quel que soit le support sur lequel vous jouerez toutefois, c’est bien en multijoueur que le titre montrera son véritable potentiel pour animer des soirées entre amis. Les parties s’enchaînent à un rythme impressionnant et il est souvent très difficile de garder son sérieux face au comique des situations.

Car comme nous l’évoquions plus haut dans cet article, Nippon Marathon n’hésite pas à aller très loin dans le délire. A l’image d’un Katamari Damacy, le jeu n’hésite pas à jouer avec les codes du genre. Sur votre parcours, vous rencontrerez donc de nombreux obstacles. Vous devrez ainsi éviter des hordes de chiens qui se lanceront à votre trousse, des porteurs de vitre qui traversent la route, des véhicules lancés à toute allure ou des rangées de tonneaux qui dévalent une pente. Les obstacles sont nombreux. Malgré son tout petit prix, le titre propose une large palette de décors, pièges et obstacles.

Dès qu’il quitte l’écran, le joueur est éliminé de la course. C’est donc le leader de la course qui mène la danse, et peut choisir d’éliminer ses adversaires en étirant un maximum le cadre. Une fois qu’il est le seul rescapé, il récolte un point, et la partie reprend avec les quatre joueurs jusqu’à la fin du run. A la fin de la course, il reçoit un certain nombre de points, qui seront ajoutés aux autres points accumulés dans les autres parcours à la fin du “marathon”.

Outre son mode solo et son multijoueur, le jeu propose également un second mode de jeu dans lequel le joueur devra sauter dans une caddie pour dévaler une pente et renverser un maximum de quilles. Un concept amusant qui offre d’ailleurs une excellente rejouabilité à plusieurs. Dommage toutefois que le studio de développement ne nous livre pas davantage de modes de jeu.

En ce qui concerne la réalisation en revanche, difficile d’applaudir le travail des développeurs. Nippon Marathon a tout du jeu développé avec trois bouts de ficelle. A un tel point que le titre aurait très bien pu tourner sur PlayStation 2. Les personnages sont modélisés à la truelle, les bugs légion et les décors manquent cruellement de profondeur.

La bande sonore s’en sort un peu mieux avec des morceaux loufoques et des doublages décalés, qui rythment parfaitement l’action. On ne criera pas au génie, mais à sa manière Nippon Marathon parvient à s’en tirer très bien malgré une réalisation graphique d’un autre âge. La bonne nouvelle, c’est que son prix reste très accessible. Il ne faudra de ce fait débourser qu’une petite dizaine d’euros pour en faire l’acquisition…

Conclusion

Difficile de ne pas être séduit par le concept complètement décalé de Nippon Marathon, un party-game qui vous propose de vous embarquer dans une course effrénée dans les rues de Tokyo avec vos potes. Terriblement fun, le jeu d’Onion Soup Interactive séduit grâce à sa prise en main très accessible, son univers décalé et ses graphismes colorés. Il ne faudra en revanche pas être trop exigeant pour ce qui est des graphismes – d’un autre âge -, qui ne font pas véritablement honneur aux supports. Nombreux, les bugs ne gâchent heureusement rien au plaisir de jeu. Vendu une petite dizaine d’euros, le titre d’Onion Soup Interactive mérite en tout cas le détour, ne serait-ce que pour son concept à part et le fun qu’il procure.

Nippon Marathon

6.8

Gameplay

7.5/10

Contenu

8.5/10

Graphismes

4.0/10

Bande son

7.0/10

Finition

7.0/10

Les + :

  • Un prix très doux (moins de 13€)
  • C'est fun, très fun!
  • Un excellent party-game pour animer une soirée entre amis
  • Des niveaux variés
  • Un mode solo efficace

Les - :

  • Des bugs en pagaille
  • Des visuels d'un autre âge
  • Une prise en main parfois trop approximative