La pornographie ne sera pas bannie du Web en Europe

Le Parlement Européen a finalement rejeté la résolution qui visait à interdire la pornographie sur le Web, au nom de la dignité de la femme. En l’espace de quelques jours, l’amendement avait créé l’émoi, poussant plus de 500.000 internautes à réagir par l’envoi d’emails au Parlement Européen.

© AFP

Très controversée, la résolution qui visait à bannir la pornographie du Web européen n’aura finalement pas été adoptée. Au total, pas moins de 368 voix se sont levées contre cette interdiction et 159 voix ont apporté leur support à la résolution. Un grand ouf de soulagement pour des millions d’internautes mais aussi et surtout pour l’industrie pornographique, qui reste à l’heure actuelle le moteur principal du Web et génère chaque jour plusieurs milliards de pages vues à travers le monde.

L’amendement soumis au Parlement Européen visait à “prendre des mesures concrètes à la suite de la résolution du Parlement européen du 16 septembre 1997 sur la discrimination de la femme dans la publicité, qui réclamait l’interdiction de toutes les formes de pornographie dans les médias“, mais aussi à réguler la nudité totale ou partielle dans tous les médias pour éviter que la femme soit utilisée à des fins commerciales.

Vivement critiquée par le public, la résolution avait été à l’origine d’un envoi massif d’emails de la part des internautes, qui avaient littéralement submergés les boites de messagerie du Parlement et poussé ce dernier à reconsidérer la gestion des filtres. Au total, plus de 500.000 emails auraient été envoyés par les internautes en l’espace de quelques jours.

Si plusieurs textes relatifs à “l’élimination des stéréotypes relatifs aux genres” ont été validés par le Parlement, la pornographie et la nudité sont donc passées entre les mailles du filet. L’élue néerlandaise d’extrême gauche Kartika Tamara Liotard, qui avait jouer le rôle de rapporteur du texte a reconnu son erreur au cours d’une conférence de presse quelques heures plus tard, expliquant que “c’était en fait les publicitaires qui étaient visés, et non pas la liberté sur Internet”

On en parle sur le forum.