En on a tous déjà au moins une fois fait les frais : l’air conditionné peut nous faire couler le nez, nous prendre à la gorge ou encore assécher les yeux. Voici un petit guide des effets négatifs potentiels de l’air conditionné ; et surtout, comment éviter ces désagréments.

Allergie et climatisation ne font pas bon ménage

Pour ceux qui présentent un risque d’allergie, la climatisation n’est effectivement pas une bonne idée. L’idéal est donc de diminuer l’intensité de celle-ci pour soulager les muqueuses nasales, qui sont agressées par un écart trop important entre l’air intérieur et extérieur. En plus d’une différence de température trop importante qui est toujours à proscrire, les systèmes d’air conditionné auront tendance à concentrer les allergènes présents dans l’air. Le système de recyclage de l’air du climatiseur va donc augmenter considérablement les risques de réactions allergiques.

Le climatiseur, un nid à infection ?

Un système de climatisation, particulièrement s’il fonctionne à l’eau, nécessite un entretien régulier. Dans le cas contraire, certaines bactéries peuvent proliférer dans les eaux stagnantes. Des symptômes divers peuvent apparaître, comme des maux de tête, des troubles ORL, cutanés ou même oculaires. Une climatisation défectueuse peut donc apporter différents types de troubles et d’infections, c’est ce qu’on appelle le syndrome des bâtiments malsains. Ces effets s’arrêtent généralement à la sortie du bâtiment.

Crédit Photo: Getty Images

Certaines infections ne sont pourtant pas à prendre à la légère, c’est le cas de la légionellose, qu’il est possible de contracter au contact d’un air conditionné en mauvais état. Il s’agit d’une infection pulmonaire, certes rare, mais potentiellement mortelle. Les systèmes de climatisation abritent en effet parfois la bactérie Legionella, responsable de l’infection. Les bactéries de ce type préfèrent les eaux stagnantes légèrement chauffées, d’où le danger pour les systèmes de refroidissement à l’eau. Une fois que les bactéries se sont multipliées dans l’eau, elles sont ensuite libérées dans l’air. Lorsque l’infection est détectée à temps, elle peut être traitée avec des antibiotiques, mais dans le cas contraire, elle peut être fatale.

Des changements de température qui peuvent mener à un rhume…

Quelques bons conseils s’appliquent. Ainsi, il vaut mieux éviter de faire tourner votre système à pleine puissance toute la journée, et surtout toute la nuit.

Il est important indispensable aussi de ne pas régler votre appareil au-delà de 4 à 5°C d’écart par rapport à la température extérieure. Il est en effet très facile de s’enrhumer en passant d’un environnement à l’autre avec une telle différence de température.

Par ailleurs, une trop grande différence de température aura tendance à rendre la gorge sèche et à produire un effet de mal-être le lendemain matin. Attention donc à ne pas exagérer de la clim’…

Les effets positifs

À l’inverse, un climatiseur permet également de purifier l’air ambiant grâce à différents filtres. L’air intérieur contient en effet souvent des pollutions dues aux peintures, colle à papier peint, solvants et tout simplement aux poussières. Il est pour cela nécessaire d’aérer régulièrement la pièce, ce qu’un système d’air conditionné peut très bien faire en période estivale.

Autre atout, l’air conditionné peut également faire office de déshumidificateur d’air. Particulièrement pour ceux souffrant de troubles de la respiration, un climatiseur permet de réguler l’hygrométrie de l’air.