En 2017, il s’est vendu plus de 450 millions de “Feature phones” dans le monde. En dépit de la domination des smartphones sur le marché, le GSM continue à bien se vendre. Il enregistre même une plus grosse croissance que le secteur des smartphones!

Crédit photo : AFP
Crédit photo : AFP

En 2017, il s’est vendu plus d’1,6 milliard de smartphones dans le monde. Pratiquement au point mort, les ventes de téléphones intelligentes n’ont enregistré qu’une faible progression en 2017, avec une croissance de 2% – contre 5% pour le marché des feature-phones.

Encore très populaire – et en particulier dans les pays émergents -, le bon vieux GSM fait de la résistance, en dépit de son âge. L’an dernier, il s’en est vendu plus de 450 millions d’unités dans le monde.

Il y a trois ans pourtant, plus personne ne croyait dans le succès des GSM. Et pour cause puisque la plupart des modèles vendus dans le commerce exploitaient un réseau 2G vieillissant – et même menacé d’une mort imminente aux Etats-Unis. Les constructeurs sont toutefois parvenus à prendre la balle au rebond et à moderniser leurs terminaux. C’est ainsi que Nokia a présenté courant 2017 une refonte de son iconique 3310, qui reprend le design caractéristique de son ancêtre tout en introduisant de nombreuses petites nouveautés.

Equipé d’un appareil photo, d’un écran couleur, de fonctions multimédia et de touches rétroéclairées, le 3310 – cuvée 2018 n’a pas grand chose à envier aux smartphones d’entrée de gamme. Il est même compatible avec certaines applications comme WhatsApp!

Plus récemment, HMD Global a dévoilé un nouveau modèle de GSM exploitant le réseau 4G.

Etonnamment, on observe également une montée vers le haut de gamme, avec des prix qui se rapprochent progressivement des 100€, alors qu’ils avaient encore tendance à baisser il y a deux ans, pour se rapprocher du seuil symbolique des 20€.

Pour autant, qu’on ne se trompe pas, le “feature phone” reste un marché très peu lucratif pour les fabricants de smartphones, qui ont pratiquement tous abandonné ce secteur. Même Samsung ne s’y risque plus en Belgique, et pour cause puisque les marges sont très faibles. On parle de quelques euros tout au plus, contre plusieurs centaines d’euros pour les smartphones haut de gamme.

Reste que sur certains marchés, le GSM opère un retour en fanfare. L’an dernier, le GSM traditionnel est parvenu à récupérer des parts de marché sur le smartphone en Afrique. Près de deux téléphones portables vendus sur trois en Afrique sont des GSM traditionnels.

Et sans surprise, Nokia, Alcatel et Wiko restent les trois acteurs les plus populaires sur le marché des feature phones en 2017. Le groupe chinois Transsion Holdings est toutefois parvenu à s’imposer sur le marché avec ses marques iTel, Tecno et Infinix, très présentes en Afrique.

Outre leur prix, c’est surtout la simplicité d’usage qui séduit les utilisateurs. Pour certains, le fait que les appareils ne donnent pas accès à un aussi grand nombre de fonctionnalités que les smartphones représente également un atout non-négligeable pour soigner son addiction au numérique.

En dépit de leur âge, les GSM se promettent donc encore un bel avenir aux côtés du smartphone.