Zuckerberg : “Créer de grandes choses signifie prendre des risques”

Dans un message adressé à la communauté, le créateur de Facebook, Mark Zuckerberg met tout son coeur pour décrire l’oeuvre de sa vie et préciser ce qu’il attend des futurs actionnaires. “Facebook n’a pas été créé pour être une entreprise. Il a été construit pour accomplir une mission sociale – pour rendre le monde plus ouvert et plus connecté” dit-il d’entrée de jeu, avant d’ajouter “qu’il espère que les gens comprennent ce que cela signifie pour nous, comment nous prenons des décisions et dans quel but on opère.” Plus que jamais, Zuckerberg voit l’entrée en bourse de sa société comme une collaboration.

Mark Zuckerberg, le créateur de Facebook, semble avoir déjà une bonne idée de ce qu’il attend en faisant entrer en bourse sa société. Dans une longue lettre, il décrit le fonctionnement de son entreprise et sa progression au fil des années tout en précisant que ce qui n’a jamais changé, c’est la philosophie de l’entreprise. “Nous ne construisons pas des services pour faire de l’argent, nous faisons de l’argent pour créer de meilleurs services” explique-t-il ainsi. Sa démarche est simple puisqu’en “se focalisant sur la mission de création de services de qualité, Facebook pense créer une valeur plus importante pour ses actionnaires et partenaires sur le long terme.”

Il rassure toutefois les investisseurs en restant les pieds sur Terre. “En nous levant le matin, nous n’avons pas comme but principal de faire de l’argent, mais nous comprenons que la meilleure manière d’accomplir notre objectif est de construire une entreprise forte et qui a de la valeur” explique-t-il, démontrant que la complémentarité entre l’entreprise et ses actionnaires pourrait tout à fait mener à une situation win-win. Le jeune homme va même jusqu’à leur confirmer qu’ils travailleront “aussi dur qu’auparavant pour remplir leurs engagements auprès de leurs actionnaires.”

Plus loin dans sa lettre, Zuckerberg parle du “Hackers way”, qui désigne le travail original produit par certains employés dans sa compagnie, qui peuvent réaliser des “hackatons” pour développer des projets qui seront ensuite présentés au reste de l’équipe. C’est par cette dynamique que seraient nées la plupart des dernières idées de l’entreprise, comme la Timeline, l’application pour mobiles ou encore le chat. Selon Zuckerberg, dénicher de nouveaux talents est un facteur essentiel dans la progression de Facebook, qui doit continuellement se remettre en question.

Ce sont ces deux idées, la remise en question perpétuelle et la création de services que l’on retrouve à la base de l’entreprise. Très dynamique, Facebook est une société qui “bouge rapidement” et a appris à “résoudre des problèmes importants avec efficacité.” Néanmoins, “avancer, progresser, implique de prendre le risque de casser des choses, de faire des erreurs.” “Créer de grandes choses signifie prendre des risques.” Le message aux investisseurs est donc très clair : aussi bien Facebook qu’eux prennent de très gros risques en s’investissant de cette mission, mais leur association permettra à l’entreprise d’avancer et de construire une entreprise forte, qui fera sans doute quelques erreurs, mais qui vise avant tout le profit sur le long terme tout en misant sur l’innovation et la réactivité. Voilà qui devrait à la fois en rassurer certains et ajouter au scepticisme des plus inquiets !

On en parle sur le forum.