L’opérateur mobile Proximus augmente les tarifs de tous ses abonnements juste avant les départs en vacances.

Crédit photo : Belga
Crédit photo : Belga

Ce matin, nous vous parlions du “joli cadeau” de Proximus à ses abonnés, une augmentation générale des volumes en données mobiles chez tous ses abonnés à partir du 1er août, qui arrive juste à temps pour les départs en vacances, mais qui cache également une sombre réalité. Car l’opérateur s’était bien caché de préciser que cette augmentation des volumes en données mobiles serait accompagnée d’une augmentation tarifaire.

Ainsi, on notera une augmentation des tarifs pour l’ensemble des produits de l’opérateur. L’abonnement Mobilus S passe de 15€ à 15,99€/mois, le Mobilus M de 25€ à 26,99€/mois et le Mobilus L de 40 à 42,99€/mois. Une augmentation des prix mineure certes, mais qui devrait toutefois lourdement impacter le budget des ménages belges. Dans le cas de l’abonnement à Mobilus L, l’augmentation tarifaire fait tout de même gonfler le budget télécoms annuel de 35,88€ / an par client, ce qui est loin d’être négligeable.

Alors certes, proposer 2 Go de surf en plus pour seulement 1,99€ en plus (2,99 dans le cas de Mobilus L) cela reste globalement une bonne affaire, mais les consommateurs auraient sans doute apprécié que cette augmentation des volumes en données mobiles ne soit pas payante. Tout le monde n’ayant pas l’usage de ces volumes en données mobiles, il aurait été de bon ton que l’opérateur propose à ses clients un supplément pour obtenir un boost en données mobiles – à l’image de ce que proposent VOO et Scarlet.

Du point de vue de Proximus, l’augmentation de l’usage des données mobiles en Belgique justifiait quelques petits aménagements au niveau de ses abonnements. “On a pris les devants et augmenté drastiquement les volumes en données mobiles de l’ensemble des abonnements” explique Haroun Fenaux, le porte-parole de Proximus. “Certains clients vont tout de même obtenir jusqu’à 20 Go de surf par mois!”

Difficile bien sûr de ne pas faire une corrélation entre cette augmentation tarifaire et la disparition des frais de roaming, qui force les opérateurs à rogner sur leurs marges bénéficiaires. Mais l’opérateur l’assure : il ne s’agit là que d’un hasard du calendrier. “Le seul lien que l’on peut faire avec le roaming, c’est que l’ensemble des données mobiles ajoutées aux abonnements de nos clients pourront être utilisées partout en Europe” explique le porte-parole de Proximus.