Faut-il investir dans Facebook ?

Par posté le 2 février 2012

Facebook a déposé mercredi son dossier d’entrée en Bourse. Une étape importante est franchie. Dans le rapport fourni par Facebook dans cette démarche, on peut lire que “de très fortes fluctuations sont attendues chaque trimestre, ce qui rend les prévisions très compliquées.” En pratique, il faudra donc faire attention à ne pas se limiter uniquement sur le dernier trimestre de l’entreprise mais bien sur toute l’année.


Facebook connait régulièrement des hauts et des bas durant l’année, en fonction de son utilisation générale. Ses revenus augmentent et diminuent parallèlement à son utilisation, ce qui a comme inconvénient de rendre l’activité très compliquée à suivre. De plus, comme nous l’avons déjà dit plus haut, Facebook cherche une stratégie sur le long terme, ce qui signifie qu’un investissement dans les actions du réseau social doit être réfléchi.

En outre, comme Facebook le précise, le succès de son entrée en bourse dépendra beaucoup de ses performances, qui sont elles-mêmes liées à des facteurs impossibles à prédire. Il est question des fluctuations saisonnières, de l’investissement des annonceurs, du lancement de nouveaux produits ou services, de la concurrence, des fluctuations des marchés, des investissements de l’entreprise ou encore du succès de la diversification de ses revenus.

En d’autres termes, il reste énormément d’inconnues qui rendent cet investissement risqué, tout autant pour l’actionnaire que pour l’entreprise. Ceci étant dit, Facebook peut tout de même compter sur un total de 825 millions d’utilisateurs actifs et sur une croissance de 25% dans le secteur des mobiles, tendance qui contrebalance l’affaiblissement de sa croissance. Contrairement à My Space par exemple, qui était annoncé comme une société pleine d’avenir lors de son entrée en bourse, Facebook a une excellente réactivité et ne se limite pas à un public bien précis. Le réseau social s’adresse à tous et jouit d’une popularité immense dans la plupart des pays.

On en parle sur le forum.

Articles similaires:

8 Comments

  1. Grandclaudon

    2 février 2012 at 14 h 52 min

    Notre époque est vraiment déboussolée, comment peut on vendre et acheter des actions d’une société comme Facebook qui ne repose que sur du vent, sur rien d’autre que des utilisateurs qui peuvent changer de réseau sociaux à la moindre nouvelle mode. Et de plus, comment valorise-t-on du vent?

    • Renaud

      2 février 2012 at 15 h 41 min

      L’argent que la banque vous prête pour un achat quelconque est virtuel, elle ne l’a pas. 98% de l’”argent” mondial n’existe pas ! Alors quelques milliards de plus ou pas.

    • Vaines

      2 février 2012 at 16 h 22 min

      Tous les services ont des utilisateurs/clients etc qui peuvent toujours partir chez la concurrence à tout moment, y compris les services qui ne se trouvent pas sur internet.

  2. serge

    2 février 2012 at 15 h 21 min

    malin de la part du grand manitou d’engranger un maximum avant l’écroulement du système…s’il n’arrive pas trop tard!!!

  3. Emile de Bruxelles

    2 février 2012 at 16 h 31 min

    Investir dans FB c’est sûrement risqué. Mais personne ne pense vraiment investir. La grande majorité à l’introduction compte spéculer! C’est pas pareil. Prix de départ 30USD et on s’attend (expère) que ça passe à 70 ou 80 à la mi-journée… Puis on vend vite avant la clôture ou elle devrait retomber à sa valeur réelle… sans doute pas loin ou même sous sa valeur d’introduction.

    • Quentin

      2 février 2012 at 18 h 15 min

      Exactement. Et beaucoup vont pleurer…

  4. Vincent100

    2 février 2012 at 23 h 14 min

    Si vous aimez jouer au casino pourquoi pas? Mais dès que vous aurez fait 20% – si ça arrive jamais! – vendez et oubliez. Si vous êtes un bon père de famille : des clous! Pas un Kopek troué dans cette usine à vent où 50% des abonnés sont des voyeurs qui viennent épier les autres 50% qui eux sont des idiots.

  5. Sardokan

    3 février 2012 at 15 h 33 min

    Il faut être stupide pour investir dans une société qui est déjà proche du summum de sa valeur, de plus c’est une société sans réelle ajouté technologique. Cette société ne peut que décliner.

Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>