Ethereum veut payer sa dette pour le climat

En parallèle à sa réduction de consommation d’énergie, la blockchain compte « effacer » la pollution dont elle est responsable.

L’annonce est tombée en marge de la COP27, qui s’est tenue en Égypte. La société ConsenSys, spécialisée dans la blockchain Ethereum, lance une nouvelle initiative baptisée Ethereum Climate Plateforme. Outre la firme canadienne dont le nom figure sur le projet, une douzaine d’entreprises vont œuvrer de concert. L’objectif ? « Réparer » la pollution climatique engendrée par Ethereum pendant ses sept premières années d’existence.

En passant d’un système de Proof of Work à Proof of Stake, Ethereum est parvenu à réduire les besoins de son réseau de 99,992%. Toutefois, avant sa transformation, la blockchain avait atteint un niveau critique dans sa consommation d’énergie. En effet, sa consommation annuelle d’électricité était équivalente à celle du Bangladesh. Même si Ethereum montre l’exemple, il n’en demeure pas moins que le mal est fait. D’où la volonté de ConsenSys, dont le PDG est le cofondateur d’Ethereum, de redresser les torts.

Multiplier les promesses et les projets

Dans les faits, le projet n’en est encore qu’à ses balbutiements. Comme le rappelle The Verge, l’Ethereum Climate Platform doit dans un premier temps estimer les dégâts. Autrement dit, il faut mettre un chiffre sur le dioxyde de carbone (CO2) rejeté par Ethereum depuis 2015. Selon un communiqué de presse de ConsenSys, il est question de plusieurs dizaines de millions de tonnes. Rien que cela.

Une fois les estimations terminées, la société précise que la plateforme « investira dans des projets climatiques scientifiques en cours qui promettent d’atténuer plus que les émissions passées d’Ethereum en s’appuyant sur les technologies du Web3. […] Ces projets pourraient aller des possibilités de carbone naturel à l’hydrogène vert, en passant par l’électricité, le chauffage, la climatisation et d’autres services publics sans carbone, ainsi que des projets, technologies et services écosystémiques d’élimination du carbone ».

Malgré ces belles déclarations, le problème reste le même. À l’heure actuelle, il est difficile de prédire si ces engagements sont tenables. Par ailleurs, Ethereum n’est qu’un acteur parmi d’autres. Tant que le Bitcoin s’appuiera sur le système du Proof of Work, le monde des cryptomonnaies rechignera à suivre le mouvement. D’autant plus que l’industrie a d’autres chats à fouetter, notamment avec la chute de FTX.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.