Crédits : Pixabay

Crypto.com envoie 390 millions d’euros… à la mauvaise personne

390 millions d’euros. Mal transférée par Crypto.com, la somme a atterri sur le compte du mauvais bénéficiaire. Si les jetons ont tous été récupérés, cette erreur aurait pu coûter très cher au géant singapourien.

« Les transferts d’ETH qui ont suscité tant de doutes et de spéculations sur Twitter aujourd’hui ont été effectués il y a plus de trois semaines, le 21 octobre, du compte de Crypto.com à celui de Gate.io ». Ces mots, ce sont ceux du PDG de Crypto.com, Kris Marszalek. Dans un tweet du 13 novembre, il reconnaît publiquement que son entreprise a commis une erreur monumentale.

80% des ETH de Crypto.com

Concrètement, Kris Marszalek admet que, le 21 octobre 2022, la plateforme d’échange de cryptomonnaies Crypto.com a accidentellement transféré 320 000 ETH au mauvais wallet. Pour rappel, l’ETH est le jeton d’Ethereum. Autrement dit, la société Gate.io, bénéficiaire de ces 320 000 ETH, a reçu l’équivalent de 390 millions d’euros. À cause d’une erreur.

Il faut bien comprendre une chose. Les bourdes dans le monde des cryptomonnaies ne sont pas une nouveauté. Les anecdotes farfelues sont légion depuis leur apparition. Toutefois, presque 14 ans après l’introduction du Bitcoin, il est difficilement concevable qu’une entreprise de la taille de Crypto.com commette pareille bévue. D’autant plus que le cas n’est pas isolé. En août dernier, la firme de Singapour s’illustrait déjà en transférant 7 millions d’euros à un client qui ne réclamait que 66 euros…

Dans le cas présent, tout s’est bien terminé. Gate.io, qui est une société concurrente de Crypto.com, a reversé les fonds à l’entreprise dans les jours qui ont suivi l’incident. Cependant, l’erreur aurait pu être dramatique. En effet, ces 320 000 ETH représentent 80% des jetons d’Ethereum détenu par Crypto.com.

Sur Twitter, Kris Marszalek se veut rassurant et affirme que tout part d’une mauvaise manipulation. « L’adresse figurant sur la liste blanche appartenait à l’un de nos comptes d’entreprise sur un marché d’échange tiers, et non à notre cold wallet », précise-t-il. Rappelons que le cold wallet désigne un portefeuille non connecté à Internet et, donc, plus sécurisé. Le PDG de Crypto.com indique également que les processus et les systèmes de l’entreprise vont être revu pour améliorer la gestion des transferts. Reste à voir si les promesses seront tenues…

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.