Crédit : Karen Bleier/AFP

Les représentants de 40 pays vont se réunir pour parler du Bitcoin

Les représentants des autorités financières de plus de quarante pays sont sur le point de se réunir pour parler du Bitcoin.

L’annonce a été faite par Nayib Bukele, le président du Salvador, dans un message sur Twitter ce dimanche. Concrètement, il révèle qu’aujourd’hui, 32 banques centrales et 12 autorités financières de 44 pays vont se réunir au Salvador. Le rassemblement aura lieu à Bitcoin Beach, un village au Salvador.

L’objectif est de discuter de l’inclusion financière, de l’économie numérique, de la bancarisation des personnes non bancarisées, du déploiement du Bitcoin et de ses avantages au Salvador. Rien ne le confirme, mais il est possible que les représentants parlent de l’adoption du Bitcoin en tant que monnaie officielle. Pour rappel, cela fait huit mois que le Salvador est devenu le premier pays au monde à adopter le Bitcoin comme monnaie officielle.

 

Une longue liste d’invités

Parmi les représentants, on trouve celui de São Tomé e Príncipe, du Paraguay, d’Angola, du Ghana, de Namibie, d’Uganda, de Guinée, de Madagascar, d’Haïti, du Burundi, d’Eswatini, de Jordanie, de Gambie, du Honduras, des Maldives, du Rwanda, du Népal, du Kenya, du Pakistan, du Costa Rica, d’Équateur, d’Égypte, du Nigeria, du Sénégal, de la République Dominicaine, de Mauritanie, du Congo, d’Arménie, du Bangladesh, et du Salvador.

Des invités de poids puisque les banques centrales de l’Égypte et du Nigeria représentent les deux plus grandes économies d’Afrique. Par contre, comme le fait remarquer Numerama, les représentants de la Centrafrique ne font pas partie de la liste publiée par Nayib Bukele. Et ce, alors que le pays est le deuxième au monde à avoir reconnu le Bitcoin comme une monnaie officielle. Pour le moment, aucun agenda précis des discussions n’est disponible.

Des acteurs réticents

Pour rappel, le Fonds monétaire international (FMI) a également mis en garde d’autres pays contre le risque de suivre l’exemple du Salvador. Et ce, dans un communiqué publié en janvier dernier. L’institution affirme que le Bitcoin “comporte des risques importants pour l’intégrité des finances et des marchés, la stabilité financière et la protection des consommateurs”. Avec le même ton, des défenseurs du Bitcoin décrivent Bitcoin City, la ville dans laquelle se déroule la réunion, comme une “utopie cryptographique”, rapporte The Guardian.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.