DENIS CHARLET / AFP

7 milliards de dollars dérobés par des escrocs sur Internet en 2021

L’année passée, les organisations ont perdu 6,9 milliards de dollars suite à des escroqueries en ligne.

L’entité Internet Crime Complaint Center (IC3) du Bureau fédéral d’enquête (FBI) américain a publié son dernier “Internet Crime Report”. Sur 6,9 milliards de dollars dérobés suite à des escroqueries en ligne, 2,4 milliards ne concernent que le piratage de messagerie en entreprise, selon le FBI. Ainsi, sur la seule année 2021, plus de 847 000 plaintes ont été reçues. Cela représente une augmentation de 7% sur un an.

Des pertes record

La fraude par hameçonnage, les escroqueries au paiement et les violations de données à caractère personnel représentent le plus grand nombre de signalements. Mais ce sont d’autres types d’arnaques qui ont coûté le plus cher aux organisations et aux particuliers qui en ont été victimes.

Le piratage de messagerie en entreprise a rapporté 2,4 milliards de dollars aux escrocs en 2021. Les pertes liées aux escroqueries et les fraudes aux placements s’élèvent à 1,4 milliard, contre 956 millions pour les arnaques aux sentiments, 517 millions pour les violations de données personnelles et 350 millions pour les fraudes immobilières et à la location en ligne. En tout, les pertes financières déclarées ont atteint 6,9 milliards de dollars pour la seule année 2021.

Le pic des arnaques cryptos

Les pertes liées à la criminalité liée aux crypto-monnaies ont également connu un pic l’année dernière. Elles se sont multipliées par presque sept, en passant de 246,2 millions de dollars en 2020 à plus de 1,6 milliard de dollars en 2021. Mais le rapport de l’IC3 note que, même si le coût associé à ces crimes a augmenté, le nombre de plaintes a légèrement diminué. Ce dernier est passé de 35.229 victimes en 2020 à 34.202 en 2021.

De leur côté, les ransomwares ont aussi continué d’évoluer. En 2021, l’IC3 a reçu 3.729 plaintes identifiées comme des rançongiciels. En tout, les pertes pour cette catégorie de criminalité ont dépassé 49,2 millions de dollars. Contre environ 30 millions de dollars en 2020. Le rapport précise que ces chiffres ne couvrent que les rançons que les victimes ont acceptées de payer.

“Bien que les cybercriminels utilisent diverses techniques pour infecter les victimes avec des ransomwares, les courriels d’hameçonnage, l’exploitation du protocole de bureau à distance (RDP) et l’exploitation des vulnérabilités logicielles sont restés les trois principaux vecteurs d’infection initiale pour les incidents de ransomware signalés à l’IC3”, note le rapport.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.