Test – MotoGP 22 : de la gomme réchauffée

Embarqué dans un mode de sortie annuel, la franchise MotoGP tend à stagner au fil des ans. Ce cru 2022 est-il l’occasion pour la franchise de se renouveler ? Oui et non…

Chaque année, durant le mois de mars, le championnat du monde de MotoGP reprend ses droits sur une petite vingtaine de circuits du monde entier. Les 25 pilotes participants tentent alors de s’adjuger le titre suprême en enchaînant les victoires et en récoltant un maximum de points. Mais le retour du printemps signifie également sortie de la traditionnelle franchise de jeux vidéo MotoGP, développée par Milestone et reproduisant si fidèlement les sensations de conduite d’une moto avec une manette.

Depuis plusieurs épisodes, la franchise accuse une certaine stagnation. Les fans lui reprochant continuellement de ne pas s’agrémenter en contenu et de ne pas montrer de signes d’amélioration visuelle. Aux commandes de la franchise depuis 2007, les Italiens de Milestone sont pourtant bien familiers avec les jeux de moto : MXGP, Monster Energy Supercross, Ride… Mais c’est bien MotoGP qui est sa franchise la plus populaire, et Milestone a tenté avec cet épisode 2022 de redresser sérieusement le guidon et entamer une vraie révolution.

Et la révolution, elle passera par le contenu proposé par la franchise. L’opus 2021 avait ainsi été vivement critiqué pour son manque de modes de jeu. Qu’à cela ne tienne, Milestone veut revoir intégralement sa formule. Le menu est désormais plus convivial et plus moderne, et l’on y retrouve bien plus de modes de jeu que l’année passée. Outre le traditionnel mode carrière, dont nous reparlerons un peu plus loin, le titre se pare désormais d’un tout nouveau mode Histoire, à la manière des jeux de F1 qui s’inspiraient de la série Netflix Pilotes de leur destin. 

Le mode NINE Season 2009 nous plonge dans cette saison mythique aux commandes de pilotes de légende. Une vraie réussite.

Ici, MotoGP 22 propose NINE Season 2009. Une sorte de docu-film interactif revenant sur la mythique saison 2009 lors de laquelle Valentino Rossi, Jorge Lorenzo, Casey Stoner et Dani Pedroza se disputèrent le sacre ultime. À coup d’images d’archives commentées par le documentariste et réalisateur britannique Mark Neale (et d’un doublage VF très réussi), le mode se veut ultra rafraîchissant pour le jeu. Divisé en 17 chapitres (un pour chaque Grand Prix), le mode nous fait incarner à tour de rôle l’un des quatre pilotes sus-cités, tous au sommet de leur art en 2009. 

Le mode sent la nostalgie à plein nez. Long de près de 6 heures, il alterne archives et phases de gameplay avec ces pilotes de légende qui ne sont plus en activité aujourd’hui. Ajoutez à cela certains des Grands Prix de l’époque, eux aussi retirés du calendrier automobile depuis : GP de République Tchèque, d’Indianapolis ou encore d’Estoril, au Portugal. À chaque Grand Prix, vous aurez l’occasion de piloter sur plusieurs tours ou sur toute une course complète, et devrez compléter plusieurs objectifs pour réussir la course et débloquer le chapitre suivant : dépasser tel pilote, finir 1er, réaliser un chrono bien spécifique… 

Seule nouveauté du mode carrière : la durée de la saison. Autant dire que c’est très (trop ?) léger.

L’autre mode de jeu star de MotoGP 22 reste indubitablement son mode carrière. Et de ce côté, Milestone a repris exactement les mêmes gommes que l’année dernière, des gommes qui sont aujourd’hui fortement usées. Le mode ne bénéficie d’aucune nouveauté, si ce n’est  la possibilité de choisir entre une saison complète de 21 GP, une version intermédiaire (15 GP) ou condensée (8 GP). Les joueurs qui achètent le titre année après année doivent très certainement être lassé d’avoir constamment affaire au même mode réchauffé. S’il reste très complet, avec notamment la gestion complète de l’écurie et de ses pilotes, le mode mériterait un bon ravalement de façade l’année prochaine, ou en tout cas quelques nouveautés.

Chaque année, les joueurs étaient nombreux à réclamer auprès de Milestone un mode multijoueur en local grâce à un écran partagé. Il semble que leurs demandes aient été enfin entendues puisque le titre permet désormais de jouer à deux depuis le même salon. Un ajout fort bienvenu, mais qui s’accompagne d’une interrogation : le titre sera-t-il jouable avec tous vos amis, même ceux qui ne sont pas initiés au pilotage d’une moto ? Rien n’est moins sûr …

Visuellement, ce n’est pas ça du tout …

En effet, s’il sera très facilement maniable pour tous les joueurs habitués des jeux MotoGP, le titre se révèlera bien plus ardu pour ceux n’ayant jamais mis la main sur la franchise. Malgré une MotoGP Academy fort pratique permettant de facilement s’initier aux bases du pilotage, les néophytes martèleront très souvent la touche de rembobinage pour annuler une sortie de piste malvenue et qui paraît pourtant inévitable. Freiner à temps, suivre la trajectoire idéale ou encore gérer la puissance du moteur et l’usure des pneus, autant de paramètres à prendre en compte et qui sont difficiles à gérer pour les non-initiés. Même avec les aides configurées au maximum, le jeu reste bien trop difficile à prendre en main si l’on n’a jamais touché à la franchise des MotoGP auparavant.

En revanche, pour les amateurs des MotoGP, le titre reste une pure simulation très réussie. Conservant des bases établies depuis des années, la série reste véritablement jouissive manette en main, et la sensation de vitesse aux commandes des près de 120 pilotes présents dans le jeu est très agréable. Regrettons toutefois que les MotoE et Red Bull Rookies pointent aux abonnés absents alors qu’ils sont désormais bien implanté dans le monde de la vitesse moto. 

Niveau contenu, les fans en ont pour leur argent : deux modes de jeu phares, près de 120 pilotes et une vingtaine de circuits.

Notons également que l’IA A.N.N.A. bénéficie de quelques améliorations fort notables. Introduite en 2019, elle permettait enfin au titre de se démarquer de franchise comme Ride grâce à des dépassement bien plus propres de l’adversaire, des départs plus fidèles à la réalité ou encore des réactions plus adaptées par temps de pluie. L’année dernière, le système était grandement critiqué pour être à la base de nombreux accidents, et notamment dans de nombreux moments cruciaux du Grand Prix. Cette année, l’IA est considérablement améliorée, avec des sensations de combat très prenantes.

Enfin, s’il y a un autre point sur lequel nous pesterons quant à la paresse des Milanais de Milestone, c’est sur la qualité visuelle de leur production. Second titre de la franchise à sortir sur PS5 et Xbox Series, MotoGP 22 commence sérieusement à dater et ses paysages ne sont clairement à la hauteur de ce que sont capables d’afficher les consoles next-gen. La modélisation des pilotes est quant à elle de qualité, tout comme la gestion de l’éclairage, mais cela reste bien trop faiblard.

Conclusion

Pour cette édition 2022, la franchise de simulation de course MotoGP affiche très clairement  ses ambitions : fournir un titre riche en contenu et ultra réaliste pour les amateurs de deux roues. Difficile aujourd’hui de lui reprocher quoi que ce soit sur ces deux points tant le titre est à la hauteur des attentes. Malgré un mode carrière sensiblement identique à celui de l’opus 2021, MotoGP 22 se dote d’un incroyable mode scénarisé, NINE Season 2009, alternant images d’archives et phases de gameplay sur fond d’objectifs à remplir en course. Avec une narration exceptionnelle et le retour de pilotes de légendes, il ne fait aucun doute que le mode plaira à tous les joueurs tout au long des 6 heures. Côté simulation, le titre reste ultra réaliste et adapté aux amateurs de la franchise. Grâce à une IA très avancée et de nombreux paramètres à prendre en compte, MotoGP 22 se révèle jouissif à prendre en main. En revanche, que les non-initiés à la discipline prennent leur mal en patience. Le jeu est très difficile, et il n’est pas rare que l’on rembobine la course pour annuler une chute ou un accident. Désormais jouable à deux en local, la simulation de course nous permet d’incarner près de 120 pilotes sur les 21 circuits de la saison 2022. Dommage toutefois que les rookies et motos électriques pointent aux abonnés absents. Notons enfin le manque d’innovation côté visuels. Le titre ne tire clairement pas parti des capacités des consoles next-gen et repose sur un moteur vieillissant. Un problème récurrent dans la franchise : malgré de bonnes idées et d’excellents ajouts (NINE season 2009), MotoGP 22 reste bien trop proche de son prédécesseur.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.

MotoGP 22

Gameplay 8.0/10
Contenu 9.0/10
Graphismes 6.5/10
Bande son 7.0/10
Finition 8.0/10
7.7

On aime :

Un gameplay exigeant et très orienté simulation

Enfin jouable en écran splitté

NINE Season 2009, un docu-film irréprochable et prenant

Près de 120 pilotes à incarner

L'IA A.N.N.A. qui affiche de sérieux progrès

On aime moins :

Trop difficile à prendre en main pour les néophytes

Des visuels très loin des capacités de la next-gen

Une carrière qui fait du surplace

MotoE et Red Bull Rookies aux abonnés absents