Des Belges ont conçu le “Pokémon de la blockchain”

Imaginé par une petite équipe de passionnés, Adazoo est l’un des premiers jeux dans la blockchain “made in Belgium”. 

S’il ne paye pas de mine visuellement, avec ses allures de jeu de rôle de l’ère des 8 bits, Adazoo commence à faire parler de lui sur la toile. Ce petit jeu imaginé par une équipe de passionnés, présente la particularité d’être entièrement dans la blockchain. En l’occurrence, la blockchain Cardano.

Tout a commencé en 2017” explique Michiel Bellen, un jeune Belge si passionné par la blockchain qu’il a intégré la fondation Cardano, l’entreprise qui travaille sur l’un des projets de blockchain parmi les plus ambitieux. En l’espace de cinq ans, Michiel a appris à maîtriser tous les codes de la blockchain. “C’en est devenu une véritable maladie. Depuis 5 ans, je ne pense que blockchain.”

Un jour, j’ai découvert comment les NFT fonctionnaient. Et je me suis demandé : serait-il possible de créer un jeu qui soit capable de lire les métadonnées dans la blockchain?” explique Michiel. “Cela m’a pris 4 à 5 mois pour lancer le projet. J’ai cherché des personnes qui pourraient m’aider. J’ai utilisé un moteur open source pour ce projet. J’ai posté quelques idées sur Discord et immédiatement, des gens m’ont rejoint. Aujourd’hui, nous sommes quatre.”

Les créateurs d’Adazoo ne le cachent pas : ils ont principalement tiré leur inspiration du jeu Pokémon. Le joueur évolue ici dans un monde ouvert à la recherche de créatures à affronter et capturer. La particularité? Le jeu tourne dans un navigateur, sur la blockchain Cardano, et pour y jouer, les joueurs doivent “acheter” l’une des créatures, sous forme de NFT. Les créatures qu’ils capturent ensuite peuvent également être revendues sur une store.

Le jeu est disponible depuis quelques semaines, et il remporte déjà un certain succès auprès de sa communauté. “On est passé de 500 à 600 joueurs la semaine dernière” explique son créateur. C’est bien entendu minuscule à côté d’un Call of Duty, mais le projet est financé par la vente de ses NFT, qui se revendent déjà entre les utilisateurs à plusieurs centaines d’euros. Un véritable business s’est fait autour de la plate-forme.

Pour Michiel Bellens, le plus gros enjeu, ce sera de toucher le grand public. “La plupart des joueurs jouent sur des plates-formes comme Steam, ou sur mobile. Ces plates-formes n’acceptent pas les jeux qui intègrent des NFT actuellement. Cela prendra du temps mais on y arrivera. C’est la plate-forme qui rendra le jeu accessible. A l’heure actuelle, il y a beaucoup trop de prérequis : il faut des jetons ADA, un wallet, des NFT… Il faut trouver une façon de rendre l’expérience plus accessible.”

Michiel ne s’en cache pas, les jeux sous forme de NFT n’intéressent qu’un tout petit nombre. “Principalement, des gens qui connaissent déjà la blockchain et sont passionnés par cette technologie.”

La route sera donc longue pour toucher un plus large public. Les quatre startupers ont toutefois déjà plein de projets pour le futur, dont une déclinaison mobile du jeu, déjà prévue dans la roadmap.

_
Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l'actu, des tests et bons plans.