L’exchange BitMart peine à rembourser ses victimes de piratage

Les victimes du piratage de 200 millions de dollars de l’exchange BitMart attendent leur argent depuis plus d’un mois.

À la suite d’un piratage le 4 décembre, l’exchange BitMart avait promis un remboursement complet aux victimes.

Après avoir utilisé une clé de confidentialité volée pour accéder à l’un des portefeuilles de crypto-monnaie BitMart, des pirates ont dérobé divers jetons de crypto-monnaie. En effet, les pirates ont pu récupérer un certain nombre de memecoins, tels que Baby Doge Coin (BabyDoge) et Moonshot (MOONSHOT). Ils ont aussi dérobé plusieurs altcoins comme SafeMoon (SAFEMOON) et Binance Coin (BNB).

D’après CNBC, le piratage concernerait 200 millions de dollars. Et ce n’est pas le premier auquel fait face BitMart. En effet, en décembre dernier, l’exchange avait déjà déclaré que des pirates avaient volé des jetons d’une valeur d’environ 150 millions de dollars.

Un remboursement en attente

Peu après le piratage, BitMart avait déclaré dans un communiqué qu’il utiliserait ses propres fonds pour rembourser les victimes de la violation de sécurité.

“Aucun actif d’utilisateur ne sera endommagé. Nous faisons actuellement de notre mieux pour récupérer les dispositifs de sécurité et notre fonctionnement. Nous avons besoin de temps pour prendre des dispositions appropriées et votre compréhension pendant cette période sera hautement appréciée”

Pourtant, comme le rapporte CNBC, de nombreux clients n’ont pas encore reçu le remboursement correspondant à la somme de leurs fonds piratés. D’après le rapport de CNBC, certains utilisateurs à la recherche d’informations sur le statut de leurs fonds perdus ont dû se contenter de réponses vagues de la part de l’exchange.

Une contre-attaque sur Twitter

Selon les données de la société de sécurité de blockchain PeckShield, le jeton SafeMoon aurait été le plus durement touché par le piratage. En réaction, les détenteurs de SafeMoon ont lancé une action sur Twitter pour demander le retour de leurs fonds. Une partie de leur stratégie consiste à inonder la plateforme avec le hashtag #WenBitMart.

De son côté, un client Bitmart du Kansas a contacté 6800 autres détenteurs de tokens Safemoon. Ensemble, ils envisagent un recours collectif contre Bitmart.