La banque centrale de Chine déclare illégales les transactions en cryptomonnaies

Après plusieurs mois de lutte et de mesures contre les cryptomonnaies, la Chine vient de frapper à nouveau un grand coup en déclarant illégales toutes les transactions en cryptomonnaies. Les principaux régulateurs chinois interdisent désormais le commerce et l’exploitation de cryptomonnaies.

Ce n’est pas la première fois que la Chine se montre ferme contre les cryptomonnaies. La Chine avait déjà interdit en début d’année aux sociétés de minage d’opérer en Chine. En juin ensuite, la Chine avait pris des mesures plus restrictives contre les mineurs de Bitcoin. Parmi les raisons évoquées, la grande quantité de dioxyde de carbone émise par les fermes de minage, les risques de fraude, le blanchiment d’argent et la consommation excessive d’énergie.

Bien que le trading de cryptomonnaie soit officiellement interdit en Chine depuis 2019, il s’est poursuivi en ligne via des bourses étrangères.

Un petit tremblement de terre

Dix agences gouvernementales chinoises, dont la banque centrale de Chine (BPC) ainsi que les régulateurs des banques, de la Bourse et des changes, ont déclaré dans un communiqué conjoint qu’elles collaboraient pour réprimer les activités spéculatives autour des cryptomonnaies. Il est donc désormais interdit de réaliser la moindre transaction en Chine en utilisant des cryptomonnaies.

« Les échanges de devises virtuelles à l’étranger qui utilisent internet pour offrir des services aux résidents nationaux sont également considérés comme une activité financière illégale » écrit la BPC sur son site internet, en ajoutant qu’elles « mettaient sérieusement en difficulté la sécurité des actifs des gens ».

Ainsi, selon CNBC, les services offrant le commerce, l’appariement des ordres, l’émission de jetons et leurs dérivés sont strictement interdits. Les services de cryptomonnaie située à l’étranger qui fournissent des services en Chine continentale sont également illégaux, a déclaré la BPC.

Une coup dur pour les cryptomonnaies

Suite à cette annonce, le Bitcoin a chuté de plus de 5 % et s’échangeait sous les 43.000 dollars. De son côté l’Ether a reculé de 8 % et le XRP de 7 %.

« Il y a un certain degré de panique dans l’air », a déclaré à Reuters Joseph Edwards, responsable chez Enigma Securities, un courtier de cryptomonnaie. « La crypto continue d’exister dans une zone grise de légalité à tous les niveaux en Chine. »

S’il est difficile d’établir les conséquences à long terme de cette décision, elle montre une fois de plus la volonté de la Chine de se détacher des influences étrangères.