Huit vérités qui font mal à propos de Jon Bernthal, le Punisher

Qu’il s’agisse de l’impitoyable justicier dans Marvel’s The Punisher ou de l’intrépide chef militaire dans le jeu vidéo Ghost Recon Breakpoint, on se demande parfois comment l’acteur Jon Bernthal fait pour incarner les bagarreurs et les méchants avec autant de conviction. Voici l’explication en huit faits d’armes…

1. Il était déjà un Punisher avant l’heure

Peu importait que Jon Bernthals ait mené une carrière de bagarreur avant de débuter dans ce rôle. Il y a dix ans il frappa au visage un ivrogne envahissant après une altercation. La tête de l’homme cogna la bordure du trottoir. Résultat : l’individu inconscient fut conduit à l’hôpital et Bernthal au poste de police. Comme il avait déjà une longue liste d’actes de violence similaires à son actif, il pouvait s’attendre, selon les policiers, à une peine de prison ferme si le poivrot ne se réveillait plus. Il en fut par bonheur tout autrement (pour Jon et pour la victime).

2. Il peut distribuer et encaisser des coups
Ce nez caractéristique vous rend jaloux ? Vous aurez le même après l’avoir cassé une quinzaine de fois.

3. Il est le mouton noir d’une famille modèle
Jon est issu d’un milieu privilégié. Son père est juriste d’entreprise, sa mère voue un immense amour maternel à ses trois fils et à une ribambelle d’enfants adoptés. Il fréquenta une école huppée (Chelsea Clinton se trouvait à quelques classes en dessous de lui et les filles d’Obama y étudiaient aussi), mais Jon avait un côté agressif dès sa plus tendre enfance et participait souvent à des bagarres. Il fut très tôt renvoyé d’un camp de l’école parce qu’il y vendait des magazines Playboy. Il avait huit ans. Selon son grand frère, Jon a eu beaucoup de chance : « Jon a toujours été le fouteur de merde de la famille. Être acteur était la seule chose légale qu’il pouvait faire – il aurait pu être un formidable trafiquant de drogue. Il avait de la chance. Notre famille a été la seule sur un million à ne pas l’avoir jeté dehors »

4. Il a appris le métier d’acteur… en Russie
Bernthal attrapa le virus de l’art dramatique à l’école secondaire. Son professeur de théâtre lui conseilla de travailler son talent… à l’École-studio du Théâtre d’Art académique de Moscou. Bernthal fut admis, partit en Russie et y apprit les ficelles du métier (et à parler russe couramment). Quant à son prof de théâtre, Alma Becker, il l’a immortalisée sur son poignet droit avec un tatouage portant son nom.

5. Il n’a peur de personne
Et certainement pas d’un légendaire réalisateur (autre brute) comme Oliver Stone. Lorsque ce dernier s’en prit à lui à propos de son travail d’acteur décevant lors du tournage de World Trade Center et lui enfonça son doigt dans le visage, Bernthal écarta la main du maître et dit : « Je vais te dire un truc, mon pote. T’as beau être Oliver Stone, je vais te casser la gueule sur ce tournage. Je vais te défoncer devant tout le monde. Pigé ? ». L’acteur principal Nicolas Cage fut très impressionné. Mais, au final, Stone et Bernthal devinrent d’excellents amis.

6. Il a un côté militaire très marqué
Il interpréta pendant deux saisons The Punisher et ne fit pas mystère qu’il avait peu d’atomes crochus avec Marvel et ses fans. Il aimait certes le côté militaire du héros et tirait, selon ses dires, beaucoup de satisfaction du respect que lui témoignaient des soldats américains qui appréciaient énormément le violent personnage de BD. Pendant le tournage de Ghost Recon Breakpoint aussi, il écouta attentivement les ex-soldats de l’élite qui lui enseignèrent les ficelles du métier. Bernthal aime l’aspect militaire et le rôle de chef d’armée déserteur Walker était fait pour lui.

7. Il y a d’autres bagarreurs dans la famille (par alliance)
Le catcheur Kurt Angle se présente sous le nom de Conquistador sur le ring, mais Jon l’appelle en général ‘oncle Kurt’. Cette star des WWE (championnats mondiaux de lutte) et champion olympique est en fait l’oncle de l’épouse de Jon, Erin Angle.

8. C’est un maître-chien
Jon a trois chiens recueillis en refuge. Pas vraiment des caniches ou des chiens de poche, mais des pitbulls. Ils aiment travailler avec leur maître. Pas toujours avec succès. Le chien Boss avait, par exemple, l’habitude de pisser contre la loge de Ben Stiller pendant le tournage de La Nuit au Musée 2 (Jon y incarnait le légendaire Al Capone). « Je l’en ai toujours empêché, mais il le faisait quand même », a déclaré Bernthal. Quant à la visite de Bam Bam (nom emprunté à un baron de la drogue de Shreveport en Louisiane) au salon E3, elle fut un immense succès. Après la présentation de Ghost Recon Breakpoint, Twitter ne parlait plus que du chien de Jon qui lui avait volé la vedette. Peut-être une idée pour le futur DLC ?
Pour plus d’infos sur Ghost Recon Breakpoint, surfez sur https://ubi.li/ypDdL

Jon Bernthal au cinéma en 5 films clés
Voici cinq grands films pour vous mettre dans l’ambiance du personnage incarné par Jon Bernthal dans Ghost Recon Breakpoint

1. Le Loup de Wall Street
Ouais, DiCaprio est très fort et Jonah Hill étonnamment bon, mais visez un peu la colère contenue de Bernthal dans ce classique de Scorsese.
2. Baby Driver
Comédie policière hilarante à la Tarantino (maintenant sur Netflix), avec Bernthal dans le rôle d’un psychopathe.
3. The Punisher
Le héros le plus brutal de Marvel, qui utilise des mitrailleuses, marteaux et autres ustensiles pour faire passer son message.
4. Sicario
Excellent film policier sur le trafic de drogues à la frontière mexicaine, avec Bernthal comme agent du FBI corrompu et meurtrier.
5. Fury
La Seconde Guerre mondiale dans un char de l’armée américaine n’était pas une partie de plaisir. Surtout quand un soldat sociopathe incarné par Bernthal se trouve à bord.

Pour plus d’infos sur Ghost Recon Breakpoint, surfez sur https://ubi.li/ypDdL