Le Bitcoin serait très énergivore, plus encore que la Suisse et la République tchèque. C’est en tout cas ce qui ressort d’un outil élaboré par l’université de Cambridge. Des données qu’il faut tout de même prendre avec des pincettes.

D’après une étude récente publiée par l’université de Cambridge, le Bitcoin consommerait plus d’énergie que la Suisse. Cette information a pu être déterminée grâce à un outil en ligne, mis au point par les chercheurs de l’université de Cambridge, pour mesurer la consommation d’électricité du Bitcoin. Le Cambridge Bitcoin Electricity Consumption Index(CBECI) estime l’énergie qu’il est nécessaire pour fairefonctionner la cryptomonnaie en temps réel. Ces données sont ensuite utilisées pour calculer la consommation d’électricité à l’année.

D’après les chiffres du CBECI, le Bitcoin consomme plus de sept gigawatts d’électricité. Sur une année, cela correspond à une consommation horaire de 64,15 térawatts. C’est plus que la Suisse et la République tchèque pour la même période, avec respectivement 58,46 TWh et 62,34 TWh. La cryptomonnaie fait toutefois un peu mieux que l’Autriche avec une consommation horaire de 64,60 térawatts. Cela signifie que le Bitcoin représente plus ou moins 0,25% de la consommation d’électricité dans le monde.

Crédit : CBECI

Différents outils, différents résultats

C’est plutôt connu, le Bitcoin est très énergivore et demande énormément d’électricité en faisant tourner les ordinateurs nécessaires au maintien du réseau et à la validation des paiements. Toutefois, il faut bien garder en tête que ces chiffres ne sont en fait qu’une estimation.

Dans un communiquéannonçant ce nouvel index, le centre de finance alternative de Cambridge, qui a supervisé le travail des chercheurs, fait les mêmes constatations. « Les estimations tout à fait fiables quant à la consommation énergétique du Bitcoin sont rares. Dans la plupart des cas, les chiffres ne permettent qu’un aperçu à un moment donné, et les chiffres divergent parfois d’autres modèles », est-il écrit.

Un autre outil pour mesurer l’électricité consommée par la cryptomonnaie, mis en place par Digiconomist, montre que le réseau consommerait 70 TWh, par exemple. Les chiffres peuvent donc varier, les résultats de ces outils doivent donc être pris avec des pincettes.

L’expert Bitcoin Alex de Vries a expliqué, dans une interview accordée à BBC News, que le réseau de la cryptomonnaie traitait moins de 100 millions de transactions par an. Un chiffre « complètement insignifiant », dit-il, par rapport aux 500 milliards de paiements traités par la finance traditionnelle. Toujours selon de Vries, le Bitcoin consomme tout de même plus d’énergie par transaction que toutes les banques réunies.