L’artiste japonais à l’origine de la sculpture de Momo a déclaré avoir détruit sa création. Une décision prise à la suite des nombreux dommages collatéraux que sa sculpture a causés, notamment avec le Momo Game. 

Tout a commencé en 2016, lors d’une exposition. L’artiste Keisuke Aiso présente son œuvre au monde. Une sculpture étrange à la tête de femme déformée montée sur des pattes d’oiseau. La créature fait sensation durant l’exposition et des clichés d’elle se retrouvent sur le net. Bien qu’on n’en connaisse pas le cheminement exact, Momo finit par se retrouver au centre d’un canular téléphonique macabre : le Momo Game. 

Presque trois ans après la présentation de sa Mother Bird, l’artiste s’est confié auprès du journal The Sun. Il affirme s’être senti responsable des conséquences du jeu macabre. Fatigué psychologiquement de la tournure que sa création avait prise, il a décidé de la détruire. « Les enfants peuvent être rassurés. Momo est morte », a-t-il déclaré au journal. 

C’est durant l’été 2018 que le phénomène Momo se fait connaître du grand public à la suite des conséquences macabres du jeu. En effet, à l’époque, plusieurs cas de suicides de jeunes enfants et adolescents causés par le Momo Game sont répertoriés. Les parents des victimes sont dépités et les autorités tentent de sensibiliser aux risques du phénomène qui sévit en grande partie sur WhatsApp. 

Des internautes se cachaient derrière le personnage de Momo et lançaient des défis aux plus jeunes. Les premiers challenges à relever étaient assez simples, mais ils devenaient rapidement dangereux. C’était une véritable escalade de la terreur pour les victimes.