2018 aura été marqué par une série de scandale qui ont lourdement affecté la confiance des internautes envers les technologies qu’ils utilisent quotidiennement. De Cambridge Analytica au Bitcoin, retour sur les plus gros flops de 2018.

La lente mort du Bitcoin

Tout avait pourtant si bien commencé pour le Bitcoin en 2018, avec une capitalisation record en début d’année. De plus de 17.000$, la valeur du Bitcoin n’aura cessé de chuter en 2018, pour passer en fin d’année sous le seuil des 4.000$.

Le Bitcoin n’est pas la seule cryptomonnaie qui a vu sa valeur s’effondrer en 2018 puisque pratiquement toutes les cryptomonnaies ont vu leur valeur diminuer tout au cours de l’année.

L’emballement, provoqué en grande partie par les médias, avait causé une hausse record des taux en début d’année. Pensant flairer une bonne affaire, certains acheteurs n’avaient pas hésité à déposer une hypothèque sur leur maison pour acheter en masse du bitcoin.

Aussi intéressante puisse être la technologie sur laquelle repose le Bitcoin et les autres cryptomonnaies, difficile d’imaginer aujourd’hui une nouvelle envolée sauvage… Fin novembre, plusieurs cryptomonnaies voyaient leur valeur s’effondrer de plus de 15% suite au piratage d’une plate-forme d’échange. C’est un fait, les cryptomonnaies ont aujourd’hui perdu la confiance des internautes, et il difficile d’imaginer aujourd’hui un revirement de situation…

L’affaire Fallout 76

Attendu comme le messie, le nouveau jeu de Bethesda a causé un véritable séisme pour le secteur vidéoludique et littéralement remis en question un modèle économique que l’on pensait désormais acquis.

Pensant qu’il était de bon ton d’appliquer aux grosses productions le principe des “sorties anticipées”, Bethesda Softworks n’a pas hésité à vendre plein tarif en magasin un jeu fini à moins de 50%. Sans surprise, l’opération a généré une véritable levée de boucliers. Le jeu de Bethesda a reçu une avalanche de critiques négatives, au point de pousser le géant à proposer à tous les acheteurs plusieurs anciens volets de la franchise en téléchargement gratuit, pour se faire pardonner.

2019 s’annonce aujourd’hui comme une année difficile pour Bethesda, qui devra tenter de regagner la confiance des consommateurs avec ses prochaines productions et tenter d’une façon ou d’une autre de sauver Fallout 76 du naufrage. Car l’éditeur l’a promis : Fallout 76 ne sera pas le même jeu dans 2 ans… Espérons à présent que l’éditeur aura retenu la leçon!

L’affaire Cambridge Analytica

Cette petite entreprise britannique aura causé bien des déboires à Facebook, forçant le réseau social à publier dans des milliers de journaux une lettre d’excuses, et Mark Zuckerberg à présenter des explications devant le Sénat.

En cause? Une fuite des données personnelles qui aura permis à une petite entreprise britannique d’exploiter les données de plus de 87 millions d’internautes sans leur consentement, et avec pratiquement l’aval du réseau social – qui n’a rien fait pour prévenir ce type de situation.

C’est un fait : Facebook a beaucoup trop de pouvoir et l’utilisateur ne se rend pas forcément compte des données auxquelles il permet au réseau social d’accéder.

L’affaire Cambridge Analytica aura permis au moins à une partie de la population de se rendre compte des dangers de Facebook et des réseaux sociaux en général.

L’impact sur Facebook restera toutefois limité, dans la mesure où le réseau social conserve une très riche communauté et maintient des revenus publicitaires très stables grâce au succès de ses multiples plates-formes.

La réalité virtuelle

On nous avait promis une petite révolution. La réalité virtuelle n’a pourtant pas encore remplacé nos téléviseurs. Tout au plus a-t-elle trouvé une place de choix chez quelques gamers enthousiastes.

C’est un fait, Facebook, Samsung et même Microsoft se sont cassés les dents sur ce projet. Le réseau social avait investi plusieurs centaines de millions de dollars dans la réalité virtuelle, en rachetant à l’époque le plus gros acteur du secteur, Oculus. Certain que l’avenir des technologies passerait par la réalité virtuelle, Zuckerberg avait scellé un accord stratégique avec Samsung, qui orientera une bonne partie de sa comm’ sur la réalité virtuelle, avec son Gear VR. Comme toutes les autres initiatives des principaux acteurs de ce marché, l’initiative de Samsung a mordu la poussière. Et pour cause puisque personne ne veut placer son smartphone à quatre centimètres de ses yeux pour plonger dans un univers virtuel avec lequel il est pratiquement impossible d’interagir.

Microsoft, qui avait tenté de rebondir sur le succès de cette technologie en lançant avec ses partenaires une gamme complète de casques VR, semble avoir lui aussi retenu la leçon.

C’est un fait, le consommateur n’a que faire de la VR. HTC et Sony sont aujourd’hui les deux principaux acteurs à continuer à exploiter le filon, qui s’apparente aujourd’hui davantage à un marché de niche qu’à un véritable succès commercial.

Snapchat

Encore considéré comme une startup “tendance” il y a deux ans, Snapchat semble avoir perdu toutes ses chances de renverser un jour Facebook de son trône.

Face à un exode massif de sa clientèle, le réseau social n’a rien trouvé de mieux à faire que de revoir intégralement l’interface de son application mobile – provoquant un véritable tollé au sein de sa communauté. Résultat des courses : un rétropédalage en bonne et due forme quelques mois plus tard qui a fait perdre toute forme de crédibilité au réseau social.

Pour ne rien arranger à son malheur, les quelques produits commercialisés par Snap Inc. ont bien du mal à s’écouler. Malgré le fiasco de ses lunettes de soleil bardées d’une caméra, l’entreprise a choisi de poursuivre ses efforts et a livré courant 2018 une refonte de son produit… Qui connaîtra sans doute le même sort funeste. Pas de doute, 2019 sera une année très difficile pour Snapchat.

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.