Agacé par la tentative de MGM d’américaniser son scénario, Dmitry Glukhovsky a décidé de mettre un terme à sa collaboration avec le géant américain du cinéma.

Selon nos confrères de VG247, Dmitry Glukhovsky, l’auteur du best-seller Metro 2033, duquel est basé le jeu Metro 2033 et sa suite Metro Last Light, aurait décidé d’exercer son droit de véto sur le projet d’adaptation cinématographique de son univers par la MGM.

A l’origine de cette décision : un script « américanisé » par le scénariste Scott Frazier, qui aurait fortement déplu à l’auteur.

Comme les joueurs qui ont parcouru les deux premiers opus de la série le savent, Metro 2033 prend place en Ukraine. L’adaptation cinématographique imaginée par la MGM aurait relocalisé l’action dans la ville de Washington D.C., aux Etats-Unis.

« Beaucoup de choses ne fonctionneraient pas si l’on relocalisait l’action à Washington D.C. » explique l’auteur du best-seller. « A Washington D.C., les nazis ne fonctionneraient pas, les communistes n’ont plus, et les sombres encore moins. » Dans l’adaptation imaginée par la MGM, les « sombres » auraient été remplacés par d’effrayantes créatures qui auraient perdu toute forme d’humanité – alors que celles-ci représentent justement le cœur du sujet et se présentent comme une métaphore au racisme.

Si l’auteur de Metro 2033 a tiré un trait sur sa collaboration avec la MGM, il n’a pour autant pas encore totalement abandonné l’idée de porter sur grand écran sa franchise. « Je reste optimiste. Nous discutons avec de nombreux producteurs d’une possible adaptation mais il s’agit d’un processus très long et très difficile » explique l’auteur.

La bonne nouvelle, c’est que le troisième volet du jeu, lui, devrait bel et bien prendre vie dès 2019 – Metro Exodus étant attendu en magasin le 22 février prochain déjà.