La monnaie virtuelle préférée des banques a atteint 2,51 dollars ce mercredi.

ripple

Parmi les monnaies virtuelles, il n’y a pas que le Bitcoin. Certes, c’est la plus connue et sa valeur fait régulièrement les gros titres tant elle vole de records en records, mais d’autres acteurs du milieu s’en sortent tout aussi bien, voir mieux. C’est par exemple le cas du Ripple, qui repose sur la technologie blockchain, tout comme le Bitcoin. Dans ce cas précis ce n’est pas tant la monnaie en elle-même qui intéresse mais plutôt le protocole de cryptage, utilisé pour faciliter les paiements interbancaires.

D’ores-et-déjà adopté par une centaine d’établissements bancaires, il permet entre autres de rendre les paiements transfrontaliers instantanés et très peu onéreux. Si les chiffres impressionnent (la valeur du Ripple a augmenté de plus de 36.000 % en un an pour passer de moins d’un centime à 2,51 dollars), il ne faut toutefois pas s’attendre à ce que le grand public s’y intéresse autant qu’au Bitcoin. Le Ripple est en effet impossible à miner, puisque tous les Ripples mis en circulation (100 milliards au total) l’ont été par la société Ripple Labs elle-même. Elle en possède encore les deux-tiers.

En conséquence, le Ripple reste forcément moins volatile que le Bitcoin qui n’a pas de « limite », bien qu’il soit aujourd’hui quasi impossible de gagner quoi que ce soit en minant de manière personnelle sans dépenser une fortune en énergie. Pour autant, tant que la spéculation continuera, les prix monteront. C’est la loi du marché ! Le Ripple vient d’ailleurs de passer au second rang des cryptos monnaies juste devant l’Ethereum.