Vers une démocratisation de la reconnaissance faciale

L’automne 2017 est placé sous le signe de la reconnaissance faciale avec Apple qui a décidé d’intégrer cette technologie à son nouvel iPhone X et Facebook qui teste cette solution pour récupérer un compte usurpé. Ce procédé, longtemps fantasmé, mais qui souffre encore de problèmes de fiabilité, va-t-il finir par s’implanter durablement dans le quotidien des gens ?

facial

Outre son écran bord à bord, l’iPhone X va surtout se distinguer du reste de la gamme Apple par son système de reconnaissance vocale, une technologie que la marque à la pomme a baptisée FaceID. Si la plupart des constructeurs actuels proposent tous sur leurs terminaux haut de gamme de scanner une empreinte digitale ou l’iris de l’oeil pour déverrouiller leurs appareils, Apple fait donc le pari de la reconnaissance faciale, rendu possible grâce à de multiples capteurs intégrés au smartphone.

Face ID se présente comme un moyen sécurisé de déverrouiller son smartphone, de s’authentifier et de régler ses achats. Cette technologie fonctionne via la caméra TrueDepth, laquelle combine plusieurs capteurs permettant d’analyser plus de 30.000 points sur un visage, y compris dans la pénombre et/ou dans le cas de changements d’apparence (lunettes, barbe…) grâce à un système d’apprentissage automatique. Pour rappel, l’iPhone X sera disponible en précommande en France le 27 octobre 2017 pour des premières livraisons le 3 novembre, à partir de 1.159 euros.

Il ne s’agit toutefois pas d’une première. Amazon s’y était par exemple essayé dès 2014, avec son Fire Phone, sans que le grand public n’adhère. Plus récemment, Samsung a également intégré une technologie semblable dans ses Galaxy S8 et Galaxy Note 8. Malheureusement, des petits malins ont d’ores et déjà la preuve qu’il est possible dans certains cas de tromper le système à l’aide de simples selfies des personnes concernées. Cela met par conséquent la pression sur Apple et sur la fiabilité ou non de FaceID.

Mais les heureux possesseurs d’un iPhone X ne seront sans doute pas les seuls à profiter prochainement de ce type de technologie. Facebook, réseau social aux deux milliards d’utilisateurs actifs, serait en train de tester la reconnaissance faciale dans le cas spécifique d’une procédure de récupération de compte, selon le site spécialisé TechCrunch. Cette solution permettrait de comparer le scan d’un visage aux photos de la personne déjà publiées sur son compte afin de vérifier qu’il s’agit du même individu. La reconnaissance faciale viendrait ainsi en complément de la traditionnelle double authentification dans le cadre d’usurpations d’identité. Pour le moment, cela n’est qu’en phase de test et rien n’indique que Facebook va déployer prochainement cette fonctionnalité.

Reste que la reconnaissance faciale pose de nombreuses questions tant technologiques qu’éthiques : quid du stockage des données biométriques et de leur sécurité ?

AFP