La télévision traditionnelle ou linéaire est appelée à disparaître, prédit Reed Hastings, le patron du géant américain de la vidéo en ligne Netflix qui s’apprête à lancer son service en Belgique, dans une interview à Télérama.

© AFP
© AFP

“La télévision linéaire va encore durer un peu grâce au sport, dont la fin n’est jamais écrite. Mais elle aura disparu dans vingt ans, car tout cela sera disponible sur internet“, a souligné le responsable dans un entretien mis en ligne mardi soir sur le site de l’hebdomadaire culturel.

Interrogé sur l’angoisse manifestée par l’audiovisuel face à l’arrivée du groupe, Reed Hastings a estimé que Netflix représentait à ce stade une offre “complémentaire des offres existantes”.

Avec Canal+, dont Netflix diffuse les séries aux Etats-Unis et qui achète à Netflix ses séries, comme House of Cards, “nos relations sont très directes, cette concurrence sera très positive pour les consommateurs”.

Le patron du géant de la VOD a confirmé qu’il comptait produire des séries en France: “la première sera une série politique, tournée à Marseille“, qui devrait être diffusée “dans un an, si tout va bien”. Mais pour le moment, rien n’est officiellement prévu pour la Belgique.

Netflix, qui doit déménager son siège en 2015 du Luxembourg aux Pays-Bas, contribuera au secteur audiovisuel “en produisant des contenus et en achetant des droits”. “Nous créerons de l’emploi“, fait-il valoir.

Netflix, créé en 2007 en Californie, compte plus de 50 millions de clients dans le monde. Officiellement, le service sera disponible en Belgique dès le mois de septembre.

AFP