La SNCB hésite entre Wi-Fi et 4G pour l’internet à bord des trains

Dans un bref entretien accordé au Standaard, Jo Cornu a réitéré la promesse d’offrir une connexion mobile aux navetteurs. La décision technique n’est pas encore arrêtée.

gsmr
Une des 500 antennes GSM-R du réseau ferré belge

Selon le patron de la SNCB, les deux requêtes les plus populaires auprès des usagers des trains sont la garantie d’une place assise et la possibilité de se connecter confortablement au web à bord des voitures. Car, actuellement, le réseau ferroviaire ne bénéficie pas d’une couverture 3G/4G performante de la part des opérateurs, notamment sur la ligne Bruxelles-Luxembourg.

Infrabel a déjà signé une lettre d’intention avec le quatrième détenteur d’une licence 4G, BUCD, afin de développer son infrastructure de données internes. L’initiative pourrait déboucher sur une solution commerciale pour les navetteurs même si la priorité absolue se situe au niveau de la communication entre machines. Jo Cornu estime, pour sa part, que le Wi-Fi proposé par Thalys provoque de nombreuses frustrations car la popularité du service engendre des congestions. Toutefois, il promet que dans les mois qui viennent, une décision sera prise et que, pour 2015 au plus tard, une connexion sera possible.

On en parle sur le forum