Après avoir réclamé des royalties à différents constructeurs de smartphones et tablettes sous Android, tels que HTC, Acer ou Samsung, Microsoft s’attaque désormais au fabricant chinois Huawei.

Ce n’est pas nouveau : Microsoft considère que tous les terminaux Android enfreignent ses brevets. C’est donc tout naturellement que le géant américain a approché le constructeur chinois Huawei afin de négocier des royalties sur ses ventes.

Initialement, Huawei a fait ses débuts sur le marché des smartphones en proposant aux opérateurs des terminaux en marque blanche. Mais comme son concurrent ZTE, le fabricant asiatique commercialise désormais des appareils Android sous sa propre marque.

Dès lors, Microsoft, en mettant en avant son portefeuille de brevets, entend réclamer à Huawei des royalties. L’entreprise fondée par Bill Gates l’a déjà fait auprès d’autres fabricants (HTC, Acer et Samsung) qui ont ainsi d’ores et déjà dû se résoudre à signer un accord de licences croisées avec Microsoft.

Dans le Guardian, Victor Xu, directeur marketing de la division Huawei Devices, avoue avoir été approché par la firme de Redmond. Des « négociations sont en cours » sur ces questions de brevets a-t-il précisé. À savoir si ces négociations vont déboucher sur un accord à l’amiable, qui verrait Huawei verser à Microsoft un montant forfaitaire sur ses ventes de smartphones Android, ce n’est pas dit !

Le fabricant chinois semble contester la légitimité de ces royalties. « Nous respectons toujours la propriété intellectuelle des autres sociétés. Mais nous avons aussi 65.000 brevets au niveau mondial. Nous avons les moyens de protéger nos intérêts » déclare ainsi le directeur marketing de Huawei.

Enfin, Victor Xu estime que l’acquisition de Motorola par Google, qui n’est toutefois pas encore validée par les autorités antitrust, devrait offrir plus de protection aux acteurs exploitant Android.

Source : zdnet.fr