À l’annonce de l’arrivée de la reconnaissance faciale, beaucoup se sont interrogés sur les risques que ce genre de technologie pouvait apporter. Mais il semblerait que le public ne soit pas le seul à s’en inquiéter. Dans un long article, le président et chef des affaires juridiques de Microsoft a fait part de ses inquiétudes à ce sujet.  

À travers son (très) long article publié sur le blog de l’entreprise, Brad Smith a donné son avis par rapport à la reconnaissance faciale et celui-ci n’est pas très optimiste. Plus encore, il a listé un nombre important des dérives potentielles auxquelles ce genre de technologie pourrait donner lieu.

Le PDG de Microsoft fait d’ailleurs un parallèle avec l’œuvre de Georges Orwell, 1984, « Nous devons nous assurer que l’année 2024 ne ressemble pas à une page du roman ‘1984’ ». Il appelle à ce que les États-Unis mettent en place une législation quant à la reconnaissance faciale tout de suite, avant que les abus ne se produisent.

Selon Brad Smith, les dérives sont nombreuses. La reconnaissance faciale pourrait être utilisée dans le cadre d’une surveillance de masse par les gouvernements, donnée lieu à des intrusions dans la vie privée des citoyens, voire des problèmes de discernements dans l’analyse faciale et produire des évènements regrettables.

Pour éviter ce genre de dérives, le PDG et chef des affaires juridiques de Microsoft propose de mettre en place 6  principes protecteurs ; l’équité, la transparence, la responsabilité, la non-discrimination, l’information, le consentement des consommateurs et une surveillance en accord avec la loi.

« Aucun gouvernement n’est au-dessus des lois. Aujourd’hui, cela implique que nous fassions en sorte que l’utilisation, par le gouvernement, de la technologie de reconnaissance faciale reste soumise à l’État de droit. Une nouvelle législation peut nous mettre sur cette voie », écrit-il sur son blog.

Ce n’est pas la première fois que Microsoft s’inquiète à ce sujet. En juillet déjà, l’entreprise avait souligné l’importance qu’une réglementation gouvernementale soit appliquée à propos de cette technologie. Microsoft voulait également mettre en place un code de bonne conduite pour les entreprises qui désirent utiliser cette technologie, histoire d’éviter les abus.

Aujourd’hui, la société fondée par Bill Gates souhaite s’investir dans la communication au sujet des risques de cette technologie. Dans le courant du premier trimestre 2019, Microsoft devrait mettre en place des formations pour aider ses clients, tant privés que publics, à faire appel à cette technologie de manière responsable.