À l’origine, les créateurs du bitcoin étaient désireux de lancer une monnaie qui aille à contre-courant des devises gérées par les banques nationales. Pourtant, une porte du système s’ouvre pour la cryptomonnaie puisque l’Ohio sera bientôt le premier État au monde à accepter qu’une entreprise paie ses impôts en bitcoin.

L’Ohio, l’un des 50 États américains, a récemment ouvert une plateforme pour permettre aux entreprises de répondre à leur obligeances fiscales en bitcoin : OhioCrypto.com. Le Wall Street Journal indique qu’il s’agit du premier endroit au monde à franchir le pas, l’idée ayant été lancée par le trésorier d’État de l’Ohio, Josh Mandel.

Les entreprises ne pourront pas s’acquitter de l’intégralités de leurs impôts, une liste de 23 taxes différentes a été publiée sur le portail, dont les taxes sur les cigarettes, sur le carburant ou encore les ventes.

L’interface a été adaptée au mieux pour le paiement en bitcoin, les entreprises n’ont qu’à entrer leurs coordonnées, le montant de leurs impôts ainsi que la période à laquelle ils se rapportent avec qu’une page ne s’ouvre sur leur portefeuille virtuel. Le site étatique traite ensuite le paiement à l’aide de BitPay.

Un statut légal pour le bitcoin?

L’Ohio accepte tant le paiement des entreprises dont le siège est situé entre ses frontières que des entreprises qui y exercent une activité. Ce n’est pas vraiment un hasard que cet État s’ouvre aux bitcoin, étant donné qu’il est l’un des plus axés vers l’innovation. La plateforme de paiement indique d’ailleurs que d’autres cryptomonnaie pourraient bientôt s’ajouter à la liste des valeurs virtuelles acceptées, pour l’instant composée du seul bitcoin dont le cours ne se porte d’ailleurs pas très bien.

Bien qu’accepté par le système, le bitcoin n’obtiendra pas de statut légal dans l’Ohio. L’Arizona, la Géorgie et l’Illinois ont eux aussi marqué leur intérêt pour la devise virtuelle mais le programme a été refusé par leurs législateurs.