L’application belge, qui sortira dès la semaine prochaine, est exclusivement développée pour iPhone et iPad.

Un claquement de porte, le ronronnement d’un moteur, un rire. Tous les sons environnants peuvent se transformer en de formidables boucles musicales. Loopfield est une application qui permet de créer des boucles sonores sur base d’enregistrements audio.

Enregistrer ce qui nous entoure

L’application Loopfield transforme les sons que vous enregistrez en boucle musicale expérimentale.
Enregistrez le ronflement continu de votre animal de compagnie ou la porte d’un bus qui s’ouvre, Loopfield génère automatiquement une boucle. Quatre jeux d’effets sont proposés pour modeler les boucles générées en temps réels. Ajoutez-en pour obtenir le son souhaité, ou jouez avec pour obtenir un son que vous n’auriez même pas envisagé. Vous pouvez ensuite importer vos rythmes pour vous assurer que la boucle s’intégrera à vos musiques. À noter que vous pouvez également opter pour un enregistrement continu des sons environnants.

Un développement made in belgium

Reflow Studio, créé en 2018, est un studio belge dédié à nos oreilles avec la création d’outils musicaux et d’applications pour de la production musicale. Quentin Houben le fondateur se rappelle quand il allait chercher des vinyles pour créer ses boucles : «c’était surtout très ennuyeux [rires]». Il part de ce constat pour créer Loopfield et faciliter la création musicale à partir d’éléments ambiants.

Sur ce projet, Quentin Houben a travaillé seul. Il est musicien et développeur, mais il avoue que «c’est difficile de travailler seul, on n’a pas de retour, pas d’avis sur le design ou autre».

Du côté du financement, Reflow Studio a misé sur l’autofinancement. Le créateur nous explique que pour le développement «c’est surtout du temps qu’il faut».

Mais Loopfield n’est pas un coup d’essai pour Quentin Houben. Il a travaillé avec le collectif belge Herrmutt Lobby sur Playground. Une application qui permet aux utilisateurs de jouer des chansons interactives en tapant sur des objets colorés ou en les faisant glisser.

Il a également collaboré avec Pierre Guilluy pour Beatbox Looper, une application conçue pour les beatboxeurs humains qui permet d’enregistrer des rythmes sous forme de boucles. L’utilisateur peut enregistrer jusqu’à 32 boucles par morceau et en jouer 8 en même temps.

Parallèlement, le développeur travaille comme consultant pour Algoriddim, une entreprise spécialisée dans les applications de musique et de vidéo.

Loopfield, et maintenant ?

L’application sort ce mardi 13 novembre sur l’Apple Store. Pour les objectifs, Quentin Houben vise des utilisateurs réguliers plutôt qu’un nombre de téléchargements : «Je préfère avoir des utilisateurs qui ne suppriment pas l’appli juste après l’avoir téléchargé». Un pic d’utilisateur à la sortie de l’application n’est donc pas l’objectif principal. Mais il souligne tout de même qu’à terme il ne serait «pas mécontent si on arrivait à une dizaine de milliers d’utilisateurs».

À court terme, l’application doit encore évoluer, une mise à jour est prévue : «Je vais travailler sur Audiobus, c’est l’une des fonctions les plus demandées». Audiobus est une application qui permet d’utiliser des applications de musique ensemble et d’enchaîner des sons créés. Un outil très utile pendant un live ou un enregistrement en studio par exemple.