Selon l’AFP, René Gattino, père du jeune Kendal (14 ans) aurait lancé une action en justice contre WhatsApp, certain que son fils se serait suicidé suite à un challenge qu’il avait reçu sur l’application de messagerie instantanée.

Déjà à l’origine de plusieurs décès, le « Momo Challenge » aurait encore frappé. Il y a quelques jours, un adolescent de 14 ans originaire de la région de Rennes en France se serait suicidé après avoir pris part au « Momo Challenge », un jeu dangereux auxquels participent certains adolescents sur WhatsApp et Facebook.

Le jeune homme aurait reçu une série de messages et défis dangereux, qui l’auraient conduit à un suicide. C’est en tout cas ce qu’affirme son père, René Gattino, qui a décidé d’attaquer en justice WhatsApp, Youtube, le site de rencontres ados.com et l’état français.

L’homme a justifié son action par l’absence de réactivité des différentes plates-formes et de prévention de la part de l’état. « J’estime que l’état n’a pas pris suffisamment en compte les dangers que représentent ces sites pour les jeunes. »

La procédure lancée par le père de famille a toutefois peu de chances d’aboutir. D’une part parce que le père ne dispose d’aucune preuve que son fils avait effectivement pris part au Momo Challenge, d’autre part parce qu’il risque de lui être difficile de prouver la responsabilité de chacun des acteurs dans le suicide de son fils.

Le père explique toutefois avait récupéré des indices qui tenteraient à prouver que son fils a bien été victime du Momo Challenge. Avant son suicide, l’adolescent aurait effectué plusieurs recherches en ligne sur la thématique du « Momo challenge ».