Aussi sécurisés soient-ils, les réseaux Wi-Fi représentent une potentielle menace pour la maison. Des chercheurs des universités de Santa Barbara et Chicago ont mené une étude qui démontre qu’il est possible de déterminer si une personne est présente entre ses quatre murs et même de la situer dans une pièce.

Nul besoin d’être un expert en bidouillage informatique pour parvenir à localiser des personnes dans les pièces. Les chercheurs qui ont éclairé ce danger lié au Wi-Fi ont mis au point une méthode qui repose simplement sur la réception du réseau.

Les auteurs de cette étude ont donc imaginé une situation dans laquelle une personne malintentionnée se balade autour d’une maison avec un simple téléphone. La première étape consiste à identifier et localiser les différents routeurs et sources d’émission. Même s’il s’agit d’une seule connexion internet, il suffit de les différencier grâce à leur adresse MAC liée à chaque carte réseau.

À partir de là, il est déjà possible de situer dans quel coin de la maison se situent ces derniers en fonction de la force du signal. Jusque là, rien de sorcier. Étape suivante du processus : à l’aide d’une application spécialement conçue pour l’occasion, les chercheurs ont analysé en temps réel les propriétés des ondes, très sensibles à la présence d’un objet ou non et donc au déplacement de personnes.

L’expérience a été réitérée dans onze lieux différents et les routeurs ont été localisés avec un taux de réussite de 90%. Et plus le nombre de sources était important, plus il était facile pour les chercheurs de déterminer la pièce dans laquelle se trouvaient d’autres personnes. Avec au moins une source dans chaque pièce, une personne était correctement localisée dans 87% des cas.

Comment se défendre?

Il n’existe pas vraiment de remède efficace à ce problème, les Wi-Fi sont conçus pour couvrir une zone qui dépasse la maison afin d’en couvrir chaque pièce. Réduire la portée du Wi-Fi peut sembler intéressant mais difficile à mettre en place et impactant finalement la connectivité de ses utilisateurs.

La solution la plus intéressante avancée par les chercheurs américains consiste à brouiller les pistes en créant des signaux parasites. Cette défense pourrait être facilement introduite dans nos routeurs mais elle implique une consommation supplémentaire de bande passante.