Il y a peu, nous vous faisions part de l’existence d’une IA capable d’écrire des poèmes ou encore d’une autre qui avait traduit un livre de 800 pages. Cette fois-ci, l’intelligence artificielle est allée beaucoup plus loin qu’une simple traduction puisqu’elle a livré un récit de voyage long de 144 pages.

Entre moteur vrombissant et voiture qui découpe les paysages américains, 1 the Road a tout d’un récit de voyage classique, exception faite de celui qui l’a écrit. Si le livre est attribué à Ross Goodwin, un artiste, hacker et “gonzo data scientist” tel qu’il se décrit, la personne – ou plutôt la chose – qui a couché les lignes du roman n’est autre qu’une intelligence artificielle.

L’artiste-scientifique est parti à la conquête des routes de l’Est américain pendant quatre jours à bord d’une Cadillac équipée d’une IA qu’il a lui-même conçue. Avec pour seules inspirations pour cet auteur numérique : les paysages et les sons captés via une caméra, un microphone dans l’habitacle, une horloge et un GPS sur le toit.

Au fil des kilomètres, l’intelligence rédigeait un texte sur base de ce qu’elle captait en s’inspirant des récits de voyage de la littérature anglo-saxonne et en particulier de l’oeuvre de John Kerouac, Sur la route. L’auteur de l’auteur pouvait suivre en temps réel la rédaction de son roman, imprimé au fil de son écriture via une imprimante posée sur un siège à l’arrière du véhicule.

Sur son site web, l’éditeur de l’oeuvre Jean Boîte Editions le décrit comme “le premier véritable livre écrit par une IA, qui nous happe dès la première page, au moment où le voyage commence“. Le résultat est plutôt une oeuvre déstructurée et mystérieuse, dont chaque paragraphe commence systématiquement par donner l’heure. À sa lecture, on se rend compte de la présence de quelques ellipses qui sont finalement dues à l’extinction du système.

Hormis quelques passages supprimés, Ross Goodwin n’a pas changé une virgule de ce texte qui ne risque pas d’emporter un prix de littérature mais qui pourrait malgré tout bouleverser notre manière d’écrire des romans. Interrogé par le site Usbek & Rica, le programmeur a expliqué qu'”il ne s’agissait en aucun cas d’écrire le livre parfait : il s’agissait de créer le premier livre écrit avec une voiture“.