Le milliardaire cofondateur de Microsoft a dévoilé une toilette futuriste sans eau ni égout destinée à renforcer la généralisation des toilettes dans le monde, en particulier dans les pays en développement.

On sait que Bill Gates est un philanthrope, consacrant volontiers une partie de sa fortune à des causes telles que la lutte contre la maladie d’Alzheimer ou le développement d’un vaccin contre la grippe.

Cette fois, il s’attaque à la généralisation des toilettes dans le monde. Ce mardi, il présentait à Pékin un modèle de toilette sèche qui utilise des bactéries pour dégrader les matières fécales. Par le biais de ce projet qui a coûté 200 millions de dollars à sa fondation humanitaire, la Bill & Melinda Gates Foundation, le milliardaire veut lutter contre la mortalité des enfants dans les pays pauvres en proposant ce type de toilette dans les zones du globe où l’eau manque.

Pointant du doigt un pot rempli de déjections posé à ses côtés, il a ainsi déclaré: “Quand les enfants vont jouer dehors, ils sont exposés à ça tout le temps. Ce n’est pas juste une question de qualité de vie, c’est lié aux maladies, à la mort et à la malnutrition.”

En 2015, Bill Gates avait lancé une machine baptisée “Janicki omniprocessor”, qui transformait les selles en électricité et en eau potable. Ce qui prouve son combat acharné contre la pollution créée par les excréments. Et on le comprend: selon l’Unicef, près de 900 millions de personnes n’ont pas d’autre choix que de faire leurs besoins en plein air.

Dans un pays comme l’Inde, c’est encore le cas de 150 millions d’habitants contre 550 millions en 2014, selon New Delhi. Une situation à améliorer d’urgence, donc. Gates a d’ailleurs salué au passage les efforts faits par la Chine pour améliorer l’hygiène de ses toilettes publiques, celle-ci ayant “la possibilité de lancer un nouveau type de solutions d’assainissements innovantes qui ne seront pas connectées au réseau d’égouts”.