Si tous les véhicules ont progressivement droit à leur version électrique, ils finissent invariablement par se mouvoir grâce à l’énergie solaire. Grâce à la startup française Roll’in, c’est au tour des vélos de se charger grâce à la lumière produite par notre étoile.

Le vélo SUN-E roule grâce aux rayons du Soleil. Comme tout vélo électrique, il nécessite quand même un coup de pédale de son utilisateur et peut être branché sur n’importe quelle prise de courant domestique mais son intérêt réside ailleurs.

Il suffit de laisser SUN-E à l’extérieur, dans un parking à vélo non couvert ou simplement dans sa cour pour qu’il se recharge grâce à ses panneaux photovoltaïques.

On est en droit de se demander où ces générateurs de courant se situent sur une surface aussi mince qu’un vélo : ses concepteurs ont eu l’idée de les disposer sur la roue avant ainsi que sur des panneaux latéraux qui vont du guidon au pignon arrière. De cette manière, SUN-E garde des allures de bicyclette.

Tributaire du climat

L’autonomie maximale du vélo est de 51 kilomètres à batterie pleinement chargée. Seulement, celui-ci dépend entièrement de la pluie et du beau temps.

Ses concepteurs estiment qu'”en Île-de-France, d’avril à octobre, vous allez pouvoir recharger en moyenne par jour jusqu’à 17 km d’autonomie, et même jusqu’à 31 km en juillet. Dans le sud de la France, les moyennes grimpent à 26 km d’avril à octobre avec un pic à 40 km de recharge en juillet“. De quoi permettre à des usagers d’en profiter quotidiennement pour de courts trajets sans besoin de le brancher une seule fois sur secteur.

Quant aux jours de grisaille, il faudra laisser SUN-E au garage ou prévoir de le charger à la maison : la bête pèse tout de même 25kg.

En cours de développement, le deux-roues solaire est actuellement testé par des agents de ville à Montrouge dans les Hauts-de-Seine. Roll’in espère le commercialiser dans le courant 2020.