Pour lutter contre le sans-abrisme, la startup Icon a réuni 9 millions de dollars pour imprimer des maisons en 3D. Le principal atout de ces logements : être assemblées en 24 heures.

L’entreprise américaine s’est associée à l’ASBL New Story. Ensemble, ils ont déjà réussi à dresser un prototype de maison imprimée en 3D au Texas en mars dernier. Les partenaires ont aujourd’hui plus de fonds et ambitionnent de révolutionner la construction.

Les maisons assemblées par Icon ne sont pas simplement des pièces imprimées en 3D puis assemblées sur l’emplacement. C’est en réalité Vulcan I, une imprimante géante d’une tonne, qui injecte directement de la pâte couche par couche pour dresser les murs d’un nouveau foyer.

Le coût de l’impression reviendrait à moins de 4000$ pour une petite maison familiale de 60 à 70 mètres carrés.

C’est notre mission chez Icon de réimaginer l’approche de la construction et de la construction de maisons et de rendre des logements abordables et dignes accessibles à tous à travers le monde“, explique Jason Ballard, PDG D’Icon.

Le monde fait face à une crise du logement, un milliard de personnes n’ont pas accès à un logement adéquat. L’objectif à long terme d’Icon, c’est de construire des maisons à des prix abordables, résistantes et durables aux quatre coins du monde. Un premier lotissement sera imprimé au Salvador.

Les scientifiques d’Icon ne peuvent aujourd’hui affirmer combien de temps ces maisons peuvent tenir sur le long terme mais ses fondateurs ont décidé de faire de la première maison imprimée leur bureau pour déterminer combien d’années ces matériaux résisteront.

Les équipes de la startup californienne travaillent d’arrache-pied pour mettre au point Vulcan II, une imprimante capable quant à elle de produire une maison en seulement 12 heures.