Si Agorastore ne vous dit rien, c’est peut-être parce que vous n’êtes pas à la recherche d’une saleuse d’occasion, ni d’un brancard, d’un camion de pompiers ou encore d’un lot de débroussailleuses de seconde main. Pourtant, cet incroyable site français existe et rencontre même un certain succès.

La première chose qui frappe en naviguant sur Agorastore, c’est l’incroyable diversité des produits qu’on peut y trouver. Cela va du lot de huit bennes de 30 mètres cubes à l’éolienne en passant par le château historique en Charente-Maritime.

Le concept est simple : reprendre le système classique des sites de revente d’occasion à quelques exceptions près. Agorastore se destine plutôt aux professionnels, aux entreprises et même aux services publics et aux municipalités qui veulent se débarrasser de matériel inutilisé ou, au contraire, se fournir avec des produits à prix réduits.

Tout objet a droit à une seconde vie

Pour le PDG du site, l’objectif est avant tout d’alimenter l’économie circulaire, de redonner vie à ce qui prend la poussières dans les administrations ou les entreprises. David Riahi se félicite d’avoir fait de son site le vendeur numéro un d’autocars d’occasion en France. “Nous pouvons redonner une seconde vie à tous les actifs d’une organisation, de l’automobile à un téléphone en passant par des terrains“, assure-t-il au site de l’Obs.

Quant à eux, les particuliers n’ont pas accès à toutes les ventes, une partie d’entre elles est strictement réservée aux collectivités.

C’est d’ailleurs la façon dont se déroulent les ventes qui permet à des institutions publiques de liquider du matériel ou des biens immobiliers en ligne. Le système d’enchères leur permet de s’affranchir d’éventuelles contestations ou d’accusations de favoritisme, ce qui pourrait être le cas sur des sites comme Le Bon Coin.

La France ne suffit plus

Agorastore est en plein boom, la société affiche une croissance annuelle de 40 à 50% et enregistre un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros pour cette année. David Riahi a repris le contrôle de la mine d’or sept ans plus tôt et l’a fait croître à l’aide de son expérience chez Cdiscount et Priceminister.

Aujourd’hui, le site d’enchères comptabilise entre 400.000 et 500.000 visiteurs chaque mois et son PDG entend bien se développer à l’international.