Le site web de vidéos aimerait réduire la présence des contenus dupliqués sur sa plateforme.

Il n’est pas rare de voir dans les résultats de recherche la même vidéo proposée par plusieurs comptes YouTube. Des vidéos publiées par des créateurs de contenus volées et republiées à leur insu. Celles-ci sont parfois compilées, voire légèrement modifiées, et comptabilisent parfois plusieurs milliers de vues, rapportant de l’argent aux voleurs grâce à la monétisation.

C’est à ce genre de contenu que YouTube espère mettre un terme. En effet, le géant des plateformes de vidéos a annoncé sur son forum la décision de s’attaquer à ce que la société nomme « les contenus en double ». En d’autres termes, YouTube veut limiter la publication de contenus qui se révèlent n’être qu’une compilation de la créativité d’autrui, ne faisant preuve d’aucune valeur ajoutée.

Pas question d’interdire la chose, mais de pousser les créateurs à faire plus d’effort pour proposer des contenus originaux, notamment avec des commentaires, des critiques ou une amélioration de la qualité des vidéos. Et pour y arriver, YouTube s’attaque au portefeuille en interdisant à ses vidéos d’être monétisées.

Au-delà de la protection des droits d’auteurs, cette démarche pour limiter les contenus doubles « est de s’assurer que nous ne permettons l’entrée de chaînes dans le programme (nrld : YPP, Youtube Partner Program) que lorsque le contenu ajoute de la valeur, qu’il est original et pertinent. Si vous téléchargez du contenu à partir de plusieurs sources ou si vous modifiez le contenu existant, vous pouvez toujours être éligible pour le PPJ tant que vous contribuez à la valeur de ce contenu d’une manière ou d’une autre. »

Si cela peut sembler une bonne nouvelle pour les créateurs de contenus, certains ne devraient pas être ravis. Cette décision devrait assurer une meilleure protection des créations des youtubeurs, certes, mais les chaines qui reposent sur la compilation brute de vidéos devront trouver une solution pour apporter une valeur ajoutée. Dans le cas contraire, ceux-ci verront leurs vidéos démonétiser.