Facebook a mis en place un site pour savoir si son compte a été victime du piratage de grande ampleur dont le réseau social a été victime.

Le mois dernier, on apprenait que le plus grand réseau social avait été la cible d’un piratage important, compromettant la sécurité de près de 50 millions de comptes. En cause, une faille de sécurité qui permettait aux personnes mal intentionnées d’avoir accès aux comptes des utilisateurs sans devoir s’identifier grâce à la page « Aperçu du profil en tant que ».

Après enquête, Facebook est revenu sur cette brèche importante de sa sécurité dans un article sur son blog. Il s’avère que “seulement” 29 millions de comptes ont été effectivement compromis. Le site a précisé le type des informations auxquelles les pirates ont eu accès. Pour près de 15 millions d’utilisateurs, les pirates ont mis la main sur leurs nom et prénom, adresse électronique et numéro de téléphone (s’ils étaient effectivement renseignés). Pour les quelque 14 millions d’autres comptes, davantage d’informations ont pu être consultées par les hackers, notamment leur sexe, la religion, l’emplacement, les pages aimées. À ces chiffres, on peut rajouter un million d’utilisateurs qui se sont vus voler leur compte.

Un centre d’aide a été mis en place, en ligne, afin de faire savoir aux utilisateurs si leur compte a été victime de ce piratage. En vous rendant sur ce site, vous devriez trouver l’avis en bas de la page vous signifiant si oui ou non votre compte a été piraté. Si c’est le cas, les données auxquelles les hackers ont eu accès seront listées.

Facebook précise qu’il n’est plus utile de faire quoi que ce soit à ce stade, même si vous avez été piraté. Le réseau social a corrigé la faille de sécurité, obligeant les utilisateurs à devoir se reconnecter.

Pour le vice-président de la gestion des produits, Guy Rosen, aucune donnée sur laquelle les pirates ont pu mettre la main n’a – pour l’instant – pas été utilisée. Impossible de savoir si une utilisation de ses données sera faite dans le futur ni s’il est possible de faire quelque chose pour s’en prémunir.

L’avenir et l’avancement de l’enquête de Facebook, ainsi que du FBI, devrait nous apprendre davantage.