Nintendo réitère son expérience englobant construction, jeu et découverte avec un kit véhicules un peu plus sophistiqué que le précédent.

Quelques mois après la sortie de ses deux premiers kits en carton (dont le Toy-Con 01 testé ici), Nintendo livre une nouvelle fournée de planches à détacher et à assembler pour construire des accessoires avec lesquels il est possible de s’amuser via une série de mini-jeux.

Cette fois, il est question de construire les éléments permettant de contrôler une voiture, un sous-marin et un avion afin de participer à des courses ainsi que quelques petites quêtes entre terre, ciel et mer. On retrouve l’efficacité et la convivialité des premiers kits avec une iconographie claire et des instructions limpides contenues dans la cartouche de jeu s’affichant sur l’écran de la console.

Nintendo Labo kit 03

Un montage un peu long

Les phases de montage sont ici un peu plus longues que sur le tout premier kit et, si elles restent simples, nécessitent tout de même la présence d’un adulte aux côtés des plus jeunes (le kit est conseillé à partir de 6 ans) ainsi que des temps de pause pour ne pas voir la lassitude s’installer. Il faut bien avouer que détacher, plier et assembler des bouts de carton n’est pas très excitant en soi, mais l’opération permet toujours au passage de constater l’ingéniosité des développeurs derrière ces kits permettant de fabriquer à partir de bouts de cartons et de ficelles (sans oublier les élastiques et les autocollants réfléchissants) des accessoires vraiment bien conçus dans lesquels viendront se glisser les deux joy-con de la Switch.

Notons que la voiture (représentée par un volant) est le gros morceau en termes de montage, demandant entre 5 à 6 heures de construction, pédale d’accélération et clé comprise (tous deux indispensables pour les autres véhicules).

La partie « Découvrir » est toujours présente pour expliquer le fonctionnement des objets réalisés, ceux-ci prenant vie dans les différents jeux proposés grâce saux diverses technologies de la Switch et des joy-Con, comme la caméra IR (infrarouges), le gyroscope, l’accéléromètre et les vibrations HD.

Au passage, le logiciel invite toujours le joueur à personnaliser et réinventer ses véhicules par le biais de l’Atelier Toy-con. Les plus inventifs et débrouillards pourront ici imaginer de nouvelles manières de jouer avec leurs jouets en carton en jouant aux développeurs en herbe. Les autres peuvent quant à eux toujours colorier et modifier « physiquement » leurs Toy-con à l’aide de marqueurs, autocollants et autres collage selon leurs envies.

Nintendo Labo petites voitures

Pied au plancher, volant en mains

Le kit véhicules dispose au total de 5 mini-jeux qui s’avèrent un peu plus conséquents que sur les deux précédents kits. Le premier jeu, intitulé « petites voitures », permet de moduler sa vitesse sur une dizaine de circuits grâce à la pédale. On exerce tout simplement une pression plus ou moins forte sur l’accessoire, une trop grande vitesse menant à une sortie de route. Il est possible de participer à ce mode jusqu’à quatre joueurs, mais chacun doit évidemment posséder sa propre pédale et ses joy-con. Heureusement, des bots gérés par l’IA peuvent être ajoutés, même s’ils ne représentent pas des adversaires très coriaces.

Le mode « Circuit » permet quant à lui d’utiliser le combo pédale + volant dans des courses à faire là aussi seul ou à plusieurs sur des circuits relativement simples. Le mode permet de se rendre compte de la bonne réactivité lorsque l’on tourne son volant en carton dans les virages. L’impression de vitesse est quant à elle limitée et n’atteint pas celle d’un Mario Kart, par exemple. Ici comme dans le mode « petites voitures », il est possible de créer très grossièrement ses propres circuits.

Nintendo Labo kit véhicules

Un monde à explorer

Le mode « Aventure » forme l’épicentre de la partie « Jouer » en proposant un petit « monde ouvert » où le joueur est libre de se déplacer en voiture, en avion ou en sous-marin à travers diverses zones à découvrir (plaine, montagne, désert, ville, etc.). Il est possible dans ce mode, à l’aide de la clé fabriquée qui se glisse au sein de chacun des trois postes de commande, de changer de véhicule à la volée. Seule la pédale reste commune aux trois véhicules qui se contrôlent donc avec le bon Toy-con pourvu de la clé. Dès que la clé est retirée d’un Toy-con, celui-ci s’arrête et il se transforme ensuite dès que la clé est insérée dans un autre véhicule Toy-con. Le changement demande donc quelques petites secondes.

Pour se déplacer dans ce monde, il va falloir également prendre en compte l’approvisionnement en carburant, chaque zone disposant d’une station essence où il faut se rendre régulièrement afin de ne pas tomber à sec, ce qui signe la fin de la session de jeu. Pour faire le plein, il faut alors activer à l’aide de l’un des deux leviers situés de part et d’autre du volant un tuyau lorsque l’on se trouve à proximité de la pompe.

Une fois cela acquis, le mode Aventure propose diverses quêtes simplistes et répétitives où il est bien souvent question de trouver des objets ou des personnages sur la carte. Divers gadgets liés aux leviers de la voiture sont également mis à contribution, comme le lancer de bombes ou des scies latérales permettant par exemple de couper les arbres. Avec l’avion, qui se dirige à l’aide d’un manche rappelant les bon vieux joysticks, il est possible de tirer des missiles et, avec le sous-marin qui est contrôlé par deux manivelles permettant d’orienter les propulseurs, on peut lancer un grappin pour détruire des cages. Tout cela reste très sommaire et, une fois ces diverses possibilités testées, l’intérêt retombe rapidement.

Nintendo Labo sous-marin

Comme un air de démo

Les deux derniers modes de jeu, « Rallye » et « Combat » proposent d’une part des parcours issus du mode « Aventure » que l’on peut prendre à l’aide des trois véhicules et qui demandent de passer entre des checkpoints et, d’autre part, des affrontements en arène à deux joueurs à bord de voitures pouvant se donner des coups de poings télescopiques à la manière de ARMS. Ce mode, comme tous les autres, s’essouffle assez rapidement par son manque de contenu et de variété, ne servant in fine que de démonstration aux possibilités offertes par les Toy-con. On regrette d’ailleurs que Nintendo n’ait pas inclus une série de jeux exclusivement dédiés à l’avion et au sous-marin pour étoffer un peu l’ensemble.

Signalons également la présence d’un « Studio peinture » qui permet, après la construction d’une bombe aérosol en carton, de personnaliser ses véhicules virtuels de différents coloris et même d’apposer des motifs grâce à la caméra infrarouge. Enfin, tout comme le guidon du kit 01, le volant et la pédale sont compatibles avec le jeu Mario Kart 8 sur Switch. Cela fonctionne et s’avère amusant mais, comme à l’époque du volant commercialisé avec Mario Kart Wii, cela ne remplacera jamais une bonne vieille manette pro.

Les + :

  • Des instructions de montage toujours aussi limpides
  • Des mini-jeux plus nombreux et un peu plus longs
  • La personnalisation libre
  • La présence du multijoueur
  • La compatibilité avec Mario Kart 8

Les – :

  • Un montage un peu long pour le volant de la voiture
  • Les accessoires construits prennent beaucoup de place
  • Des mini-jeux à l’intérêt limité
  • L’impression d’avoir affaire à une grosse démo plutôt qu’à un vrai jeu
  • Pas assez de jeux dédiés à l’avion et au sous-marin

Conclusion

Passé l’effet de surprise des deux premiers Nintendo Labo, ce kit véhicules s’avère un peu moins réjouissant à monter. La conception est toujours aussi ingénieuse et les instructions de montage sont tout aussi compréhensibles, mais l’on sent poindre une certaine lassitude notamment sur les constructions plus conséquentes. Le résultat final demeure néanmoins satisfaisant et les postes de commande créés répondent au doigt et à l’œil. Si les mini-jeux sont plus nombreux, on en fait hélas vite le tour et ils manquent de variété. Bref, il manque quelques modes, notamment pour l’avion et le sous-marin, pour éviter que l’on ne range trop vite la boite et les pièces en carton de ce kit véhicules, toujours destiné en priorité aux plus jeunes. Même personnalisés, les jouets créés s’avèrent en outre moins propices à finir sur les étagères en guise de décoration, comme cela pouvait être le cas de la jolie maison ou du piano du kit 01.

13/20