Le géant de l’informatique lance une nouvelle offensive sur le segment des hybrides avec trois produits destinés aux professionnels. 

Après le Surface Go, qui ciblait principalement le grand public, Microsoft introduit trois autres nouveaux produits de sa gamme Surface, avec en têtes d’affiche ses Surface Pro 6 et Surface Laptop 2, à destination des professionnels. 

La première se définira comme l’hybride le plus puissant jamais commercialisé. Si Microsoft ne touche pas au design de sa machine – en dehors de l’introduction d’un nouveau coloris -, il revoit la plupart de ses spécificités. Sa Surface Pro 6 est ainsi équipée d’un processeur Intel de dernière génération, jusqu’à 67% plus rapide que l’ancien modèle, elle embarque par défaut 16 Go de RAM, est équipée d’un écran de 12,3″ et d’une batterie de haute capacité capable d’alimenter la machine durant plus de 12 heures – une sacrée évolution par rapport aux modèles de 4ème et 5ème générations.

Pas de grosse surprise à l’horizon pour les habitués de la marque, puisque la connectique reste (malheureusement) la même et le prix positionne la Surface Pro 6 sur le très haut de gamme.

Seconde entrée dans le portfolio : le Surface Laptop 2 se positionne lui comme une alternative de choix aux MacBook Air d’Apple. Là aussi, pas de grosse évolution au niveau du design, mais une jolie mise à jour de la fiche technique, avec un processeur jusqu’à 85% plus rapide que l’an dernier, une autonomie record de 14,5 heures, 8 à 16 Go de RAM sous le capot et un SSD de minimum 128 Go. Au niveau des tarifs, le Laptop 2 se positionne au-dessus de la Surface Pro 6, avec un prix d’entrée frôlant les 1.000€. Le produit se destine principalement aux étudiants fortunés, ou aux professionnels à la recherche d’une machine à la fois élégante et légère.

Enfin, le nouveau Surface Studio 2 se positionne lui comme une machine idéale pour les professionnels de l’image et de la photo. Ultra-puissant, le All-in-one de Microsoft a droit à quelques légères améliorations avec un écran plus lumineux que celui de son ancêtre, 50% de pouvoirs graphiques en plus et de solides performances. L’appareil sera probablement vendu bien au-delà de la barre des 3.000€, raison pour laquelle il ne se destine pas forcément au grand public.