Des utilisateurs de Facebook affirment que le réseau social a muselé le partage d’articles concernant la faille de sécurité découverte il y a quelques jours.

Le 28 septembre, Facebook révélait l’existence d’une importante faille de sécurité qui a potentiellement permis à des hackers d’accéder à 50 millions de comptes, sans compter les sites tiers qui utilisent Facebook Login tels qu’Instagram. La nouvelle a rapidement enflammé le web et les médias qui ont massivement partagé l’information sur les sites et les réseaux sociaux.

Toutefois, des internautes révèlent que Facebook a volontairement bridé le partage de certains articles concernant la nouvelle. Plusieurs médias d’information sont concernés mais les articles provenant de The Guardian semblent particulièrement touchés.

Le message d’erreur affiché par Facebook au moment de la publication indique que le blocage est causé par le partage massif des mêmes articles, le réseau social les identifie alors comme des spams et limite leur propagation.

L’explication délivrée par Facebook est quelque peu bancale, un spam faisant référence à une même source qui envoie un message à de multiples reprises plutôt qu’à un même message envoyé depuis divers utilisateurs.

C’est donc majoritairement vers Twitter que les internautes se sont déportés pour décrire leur blocage. Ironiquement, Facebook était malgré tout la plateforme sur laquelle une pléthore d’utilisateurs se sont dirigés en priorité pour indiquer que le réseau était exposé à une faille.